Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°78 – L’école prend-elle soin ? (novembre 2020) // Inclure des élèves en situation de handicap : un défi à relever

Inclure des élèves en situation de handicap : un défi à relever

Lise F. - Enseignante en école élémentaire REP

Année de publication : 2020

Type de ressources : Rhizome

Rhizome n°78 – L’école prend-elle soin ? (novembre 2020)

Promouvoir une école inclusive qui s’adapte à la diversité des besoins d’apprentissage des élèves est un des objectifs de l’école aujourd’hui. En tant qu’enseignante, l’inclusion des élèves en situation de handicap me semble être un défi à relever.

Les professionnels ont-ils réellement les moyens de répondre aux besoins des enfants en situation de handicap ?

Aujourd’hui, la réponse apportée par l’institution est souvent la présence d’une personne pour aider l’enfant en classe – l’accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH) –, quel que soit le handicap de l’élève. Il est indéniable que cela aide l’enseignant à faire classe. Sans AESH, que faire en sortie lorsqu’un élève s’assoit en tailleur sur les marches du métro et refuse d’avancer, ou quand une élève s’est prostrée, pliée en quatre, dans le tramway parce qu’une passagère lui a adressé la parole ?

Dans ces situations, comme dans bien d’autres rencontrées en classe, il est évident que la présence d’un AESH est indispensable. Toutefois, il ne faudrait pas qu’une telle réponse empêche de réfléchir à d’autres aménagements qui répondraient mieux aux besoins de l’élève ayant un handicap et aux besoins du groupe, qui souffre bien souvent de ces situations, notamment lors des moments de crise.

Un équilibre difficile à trouver entre le bien-être individuel et celui du groupe

Bien souvent, l’enseignant ne peut pas gérer à la fois le groupe et l’enfant qui a besoin d’être accompagné spécifiquement au sein du groupe (dont l’effectif n’est pas réduit même si un élève nécessite une présence et un accompagnement spécifique). Certains enfants ont parfois besoin de sortir de classe. J’ai en mémoire l’exemple d’une élève de CP qui sortait régulièrement de classe. Dans les couloirs, elle pouvait déranger les autres classes, voire se mettre en danger en s’accrochant aux tuyaux ou en grimpant sur les radiateurs, par exemple. Il est alors impossible pour l’enseignant de la surveiller dans les couloirs tout en faisant classe. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La question de la transparence dans la prise en charge « pluri-institutionnelle »

partenariat - transparence - réseau

Serge COMBALUZIER - Année de publication : 2003

Les cellules d’urgence médico-psychologique

urgence - clinique - psychotraumatisme

Nathalie PRIETO - Année de publication : 2018

Entre exil traumatique et carence d’asile : une parentalité précarisée

clinique - précarité - exil - asile - parentalité - psychotraumatisme