Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°21 – Demandeurs d’asile, un engagement clinique et citoyen (Décembre 2005) // La pensée clinique en mutation

La pensée clinique en mutation

Jean-Claude METRAUX - Pédopsychiatre, Lausanne (Suisse)

Année de publication : 2005

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC MIGRANT, Demandeurs d'asile

Rhizome n°21 – Demandeurs d’asile, un engagement clinique et citoyen (Décembre 2005)

Face aux diverses catégories d’exclus que notre société secrète, la tentation est grande d’adopter une position d’extériorité, en spectateurs avertis, d’analyser à la loupe leurs problèmes de santé. Par chance les demandeurs ou requérants d’asile[1] nous renvoient par effets de miroir les apories de notre pensée clinique : nous faisons fausse route, nous nous trompons d’embranchement au carrefour de nos concepts et nous égarons dans le dédale de nos taches aveugles.

Le requérant d’asile, paradigme de l’exclusion

« Exclus » désigne d’ordinaire des hommes et des femmes habitant notre espace : certes reclus ou repoussés dans les marges, personne n’imaginerait cependant les éjecter de la page. Pour les requérants d’asile, l’exclusion se dépouille de ses oripeaux métaphoriques : le refus d’asile, une fois les voies de recours épuisées, implique l’expulsion hors de nos frontières. Ainsi, en Suisse[2], les dites mesures de contrainte autorisent l’emprisonnement jusqu’à dix-huit mois des requérants déboutés récalcitrants, afin d’assurer l’exécution du renvoi.

A l’opposé d’être un phénomène homogène, l’exclusion revêt maints visages, comporte divers paliers. Le requérant d’asile, hanté par les fantômes du renvoi, en constitue la figure emblématique : ayant cherché une hospitalité au cœur de la page, il marche à reculons, adossé à l’ombre mouvante des frontières. Par comparaison, le migrant « sans papiers » ou « sans statut légal » d’Equateur ou de Colombie – du moins lorsqu’il ne s’agit pas d’un ex-demandeur d’asile – a pour ainsi dire choisi la marge en connaissance de cause : son espoir d’un droit de séjour tire à l’inverse son parcours de l’extérieur vers l’intérieur. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Psychiatrie de secteur et santé publique : une relation ambivalente

clinique - psychiatrie publique

Nicolas HENCKES - Année de publication : 2014

La santé mentale des migrants, l’affaire de qui ?

clinique - exil - souffrance psychique - Belgique

Cihan GUNES - Année de publication : 2017

La souffrance psychique des exilés confrontée aux failles des services de psychiatrie publique. L’Humanité.

urgence - clinique - exil - migration - interprétariat - psychotraumatisme