Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°13 – Transparence, Secret, Discrétion (Octobre 2003) // Restaurer un espace privé

Restaurer un espace privé

Sidney COHEN - P.H. coordonnateur du P.A.R.I. (Psychothérapie, Application, Recherche, Intersectorielle), structure dépendant du Centre Hospitalier de Saint Egrève (Isère).

Année de publication : 2003

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°13 – Transparence, Secret, Discrétion (Octobre 2003)

Les situations de précarité favorisent le développement d’une dépendance vis à vis des systèmes d’assistance médicale et sociale. Or ces systèmes, aussi généreux soient-ils, sont à ramifications multiples et gagnent de nombreux domaines de la vie de l’individu. Les démarches en vue d’obtenir des allocations ou une aide au logement, à l’alimentation, au transport nécessitent des justifications qui obligent le sujet à étaler partout sa situation.

Les enquêtes sociales, les bilans médicaux sont alors autant de regards portés sur la vie privée sous divers angles et qui tendent à déposséder le sujet de sa vie intime.

La question est complexe car on ne voit pas comment les organismes d’aide pourraient se dispenser de ce regard, comment on peut éviter que le sujet ne soit pris dans les filets d’un « réseau » qui vise pourtant à le soutenir. Cette sorte d’invasion entre, de plus, en résonance avec ce que le sujet développe devant le poids de sa réalité, une certaine évacuation de sa subjectivité au profit du souci d’assurer la survie, d’assumer le quotidien précaire.

S’en suit un véritable mode d’être où domine une identification au « cas social » qu’il est au regard des autres, à son statut d’ « ayant droit ». Cela a été perçu par certains intervenants de l’action sociale et a été un des motifs de sollicitation envers le « psy ». Car telle est bien là une des figures de l’exclusion, l’exclusion hors de soi. Un mode opératoire devient prééminent au détriment d’une dimension plus subjective. Combien de fois voyons-nous des sujets se présenter à nous par le biais d’un certificat, nous exposer dans les moindres détails la réalité très actuelle de leur situation et faire état des démarches qui meublent leur quotidien, ils viennent en quelque sorte rendre des comptes comme ils le font dans divers lieux de leurs démarches ? (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

A propos de la psychiatrisation des problèmes sociaux : Le cas du suicide des paysans indiens dans l’État du Kerala (Inde)

précarité - souffrance psychique - suicide - ruralité - Inde

Krishan GIREESH - Année de publication : 2012

Paradoxes de la relation d’aide

précarité - accompagnement - institution

Jean DARROT - Année de publication : 2006

Atmosphère en pyschiatrie

précarité - exclusion