Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°9 – La psychiatrie publique en question – 2ème volet : Un héritage à réinventer (Septembre 2002) // Le secteur : quel bazar !

Le secteur : quel bazar !

Jean PERRET - a été Directeur de Santé Mentale et Communautés de 1981 à 2001. Il a participé au groupe DIV-DIRMI qui a produit le rapport Strohl-Lazarus « Une souffrance qu’on ne peut plus cacher »

Année de publication : 2002

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°9 – La psychiatrie publique en question – 2ème volet : Un héritage à réinventer (Septembre 2002)

Lorsqu’un dispositif, quel qu’il soit, est l’objet de questionnements tels qu’ils engendrent un malaise persistant de ses acteurs, il n’est pas inutile de faire un retour sur le passé, de se remettre en tête les éléments qui l’ont fait naître et les difficultés et résistances qu’il a rencontrées. Le dispositif de sectorisation psychiatrique ne devrait pas échapper à ce regard sur les origines : « Quand tu ne sais pas où tu vas, n’oublie pas d’où tu viens ! »

A ce titre, la relecture du n°17 de RECHERCHES (mars 1975) sur « Histoire de la psychiatrie de secteur ou le secteur impossible » demeure un exercice plein d’enseignement pour aujourd’hui. Cependant on n’y trouvera pas d’allusion à celui des acteurs qui en est devenu depuis 1985 le financeur unique à savoir l’Assurance Maladie. Le peu de documents dont on dispose permet cependant de repérer quelques éléments intéressants dans la mesure où ils sont significatifs des résistances, voire de la disqualification de la sectorisation et peut-être plus largement du soin psychiatrique lui-même par ceux-là même qui ont en charge le dispositif de santé.

Dès les années 1970, la CNAM publie une circulaire autorisant la création de services d’Hospitalisation à Domicile (HAD). De façon étonnante, elle en exclut nommément et uniquement la Psychiatrie, alors même qu’à cette époque des initiatives de mise en œuvre de la politique de secteur se créaient sous cet emblème de l’HAD. Seules deux expériences se mettront en place en parfaite dérogation à cette circulaire : le 13ème à Paris et Santé Mentale et Communautés à Villeurbanne, cette dernière n’ayant obtenu son droit à l’existence qu’à la ferme détermination du Médecin conseil de la CRAM Rhône-Alpes de passer outre à l’injonction de la CNAM.

En 1985, le projet de Loi relatif à la sectorisation psychiatrique est soumis à la Commission de l’Assurance Maladie de la CNAM. Il fait l’objet de plusieurs réunions. C’est peu dire que les comptes rendus de ces réunions laissent transpirer un manque d’enthousiasme certain, pour ne pas dire des résistances solides, à l’encontre de ce projet de Loi. S’y expriment évidemment des considérations financières (et en effet l’enjeu est important pour l’Assurance Maladie) et des interrogations relatives à l’organisation, au champ d’application pour les établissements et les personnels. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Droit de réponse

santé mentale - psychiatrie publique

Eric PIEL - Année de publication : 2002

Edito

précarité - souffrance psychique - psychiatrie publique

Jean FURTOS - Année de publication : 2002

Les ressources cachées de l’ennemi intime

clinique - partenariat - voisinage - psychiatrie publique