Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°5 – La souffrance psychique aujourd’hui un concept évident et incertain (Juillet 2001) // Orphelins de l’appui du social : questions sur une délégitimation généralisée

Orphelins de l’appui du social : questions sur une délégitimation généralisée

Jean-Pierre LEBRUN - Psychiatre Psychanalyste, Namur - Belgique

Année de publication : 2001

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°5 – La souffrance psychique aujourd’hui un concept évident et incertain (Juillet 2001)

Partons d’une considération simple, une construction à trois étages : l’étage de l’humain, l’étage de la société, et celui des premiers autres qui entourent le sujet, autrement dit l’étage de la famille.

L’étage de l’humain, si l’on s’en réfère à ce qui le spécifie, à savoir au langage, exige la perte de la jouissance absolue, immédiate, totale. Du seul fait d’entrer dans le champ du langage, le sujet s’exclut de la jouissance et est marqué de la limite : s’inscrit ainsi pour lui une déception irréductible, une insatisfaction structurale, son être s’entame ainsi nécessairement d’un “Non!” qui va servir de fondement à la Loi.

Passons d’emblée au troisième étage : celui de la famille, des premiers autres. C’est au travers de la relation à ces derniers que le sujet va rencontrer cette limite à la jouissance. La jouissance de la mère lui est interdite, et cela du fait du père – mieux, de l’homme de la mère -, du fait de ce que c’est avec un autre que l’enfant qu’elle trouve sa jouissance. Sans entrer dans les nuances, disons que la jouissance absolue, immédiate, totale, est représentée par la mère et que le père va représenter la perte de jouissance qu’implique le langage. Ainsi le trio père-mère-enfant via l’Œdipe entre en scène pour que l’enfant consente à perdre la jouissance et dans le même mouvement accède à la possibilité de désirer, ce qui lui permettra plus tard de prendre sa place dans le social comme homme ou comme femme. Du fait de ce dispositif, la ligne de partage entre la jouissance et le langage semble avoir été mise en place par la Loi que servent les parents, mais en fait ce sont les contraintes du langage qui ont été ainsi habillées par l’interdit de l’inceste. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Une aire d’accueil pour parents en exil

accompagnement - exil - solidarité - accueil - famille - écoute

Valérie COLIN et Nicolas MÉRYGOLD - Année de publication : 2008

Accompagnement des familles de migrants précaires dans un centre médico-psychologique en pédopsychiatrie : Evolution de nos pratiques autour de nouveaux enjeux.

accompagnement - accès aux soins - migration - famille - professionnalité

Chantal PETAVY - Année de publication : 2015

Accompagner les familles migrantes précaires : de la nécessaire plasticité du cadre pour ouvrir sur un champ des possibles

aller vers - accompagnement - migration - famille - professionnalité