Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°74 – Vivre le vieillissement (décembre 2019) // L’envers du vieillissement « réussi » : de la solitude au suicide des personnes âgées en France

L’envers du vieillissement « réussi » : de la solitude au suicide des personnes âgées en France

Arnaud CAMPEON - Sociologue à l’École des hautes études en santé publique, Chercheur au Centre de recherche Arènes (UMR 6051), Rennes

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome

Rhizome n°74 – Vivre le vieillissement (décembre 2019)

Vieillir est l’une des expériences les plus communes à notre condition humaine. C’est là une donnée biologique entendue. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est que nous sommes plus nombreux à vieillir et, surtout, que nous vieillissons plus vieux. Les démographes le rappellent en montrant combien les progrès réalisés pour augmenter l’espérance de vie ont été considérables au cours des deux derniers siècles, et notamment depuis la deuxième moitié du xxe siècle. Cette révolution de la longévité est inédite dans l’histoire de l’humanité (1).

Vivre plus longtemps nécessite donc de se demander dans quelles conditions et pour quel accompagnement. En effet, l’accent mis sur l’accroissement continu de la longévité tend parfois à occulter l’expérience douloureuse de certaines épreuves du grand âge (2), notamment lorsque les conditions d’un « vieillissement réussi » ne sont pas réunies. Plusieurs signaux d’alerte existent déjà, une pauvreté monétaire lancinante touche notamment environ 10 % des retraités. Toutes les associations de solidarité le constatent et dénoncent la vulnérabilité de certaines personnes âgées lorsque la perte d’autonomie (fonctionnelle et/ou cognitive) se mêle à l’isolement et à la solitude. En d’autres termes, le vieillissement de la population et l’accroissement de la longévité soulèvent des enjeux politiques et sociaux fondamentaux qui, s’ils ne sont pas pris en compte, peuvent contribuer à faire obstacle à l’équité à tous les âges de la vie. C’est notamment ce qu’a pu nous rappeler l’épisode de la canicule de l’été 2003 qui avait révélé la détresse dans laquelle certain.e.s de nos aîné.e.s avaient terminé leur vie. C’est aussi ce que nous révèlent les nombreux suicides qui traversent cette période de l’existence et qui interpellent, par la négative, notre société à fournir les conditions propices à un vieil­lissement intégré. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Une démarche de santé communautaire auprès des personnes âgées migrantes

vieillissement - care - santé communautaire - femme

Claire AUTANT-DORIERET et Malika LEBBAL - Année de publication : 2019

Enjeux éthiques du consentement à l’entrée en Ehpad

vieillissement - droit - consentement - éthique - Ehpad

Véronique LEFEBVRE DES NOETTES - Année de publication : 2019

Vieillissement et rétablissement: quelle évolution pour le statut du sujet en institution ?

vieillissement - rétablissement - handicap - Ehpad