Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°72 – Les animaux pansent (juillet 2019) // Les enjeux sociaux du soin par le contact animalier

Les enjeux sociaux du soin par le contact animalier

Jérôme MICHALON - Chargé de recherche en sociologie, CNRS, UMR Triangle – Université Jean-Monnet, Saint-Étienne

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Sociologie

Rhizome n°72 – Les animaux pansent (juillet 2019)

Un cheval nommé Peyo a récemment fait parler de lui dans les médias et sur les réseaux sociaux. En effet, cet imposant équidé rend visite deux fois par mois aux résidents d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) dijonnais. Ce qui permet à Peyo, cet étalon de 500 kilos, de passer la porte de l’établissement ? Il fait « du bien » aux pensionnaires, au point d’être même parfois qualifié de « thérapeute ». Pourtant, Peyo n’est pas le premier animal à se faire une place dans l’univers médicosocial. Depuis plusieurs années, en effet, certaines pratiques de soin, paramédicales, ou d’accompagnement social, mobilisent la présence ou le contact d’animaux, dont on utilise les qualités de « médiateur », de « catalyseur émotionnel », de « soutien psychologique ».

Plusieurs terminologies existent pour désigner ces pratiques : « zoothérapie », « médiation animale », « équithérapie », « delphinothérapie », etc. Dans la thèse que j’ai consacrée à l’émergence de ces pratiques (1), j’ai utilisé le terme « soin par le contact animalier » qui me semblait rendre bien compte de tout ce que ces pratiques avaient en commun. Toutes procèdent en effet de la mise en relation intentionnelle, par un tiers, d’un animal vivant et d’un humain en souffrance et/ou en situation de handicap, dans le but de produire un bénéfice chez ce dernier. Une fois cette définition large posée, il est possible d’évoquer l’histoire du développement de ces activités peu communes, témoignant de la rencontre entre prise en charge de la santé humaine et souci de l’animal. Ces pratiques émergent à partir des années 1960, en Europe de l’Ouest et dans le monde anglophone, conjointement ou presque aux recherches qui viendront leur donner une assise scientifique (peu assurée malgré tout encore aujourd’hui). C’est autour de deux espèces particulières, le chien et le cheval, que cette histoire s’est écrite et elle témoigne des changements conséquents de nos rapports à ces animaux. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

L’ange de l’histoire, le chien et le cheval

traumatisme - animaux

Annabelle ROYER - Année de publication : 2019

Considérer les attachements des sans-abri aux animaux

hébergement - animaux - attachement

Gabriel URIBELARREA - Année de publication : 2019

Une équipe infirmière et canine au service du bien-être à l’hôpital

médiation - animaux - témoignages - hôpital - thérapie