Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°72 – Les animaux pansent (juillet 2019) // Le phoque Paro : une intervention à médiation robotique pour les personnes âgées

Le phoque Paro : une intervention à médiation robotique pour les personnes âgées

Manon DEMANGE - Doctorante en psychologie, Psychologue au Broca Living Lab, EA 4468 - Université Paris Descartes, Hôpital Broca, Paris
Benoît CHARLIEUX - Docteur en psychologie, Psychologue, Chercheur au Broca Living Lab, EA 4468 - Université Paris Descartes, Hôpital Broca, Paris
Maribel PINO - Docteure en psychologie cognitive, Directrice du Broca Living Lab, EA 4468 - Université Paris Descartes, Hôpital Broca, Paris
Anne-Sophie RIGAUD - Psychiatre, Hôpital Broca, AP-HP, EA 4468, université Paris-Descartes, Paris

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°72 – Les animaux pansent (juillet 2019)

Les troubles neurocognitifs majeurs, comme la maladie d’Alzheimer, sont caractérisés par une altération progressive des fonctions cognitives et des modifications du comportement (troubles de l’humeur, apathie, anxiété, agitation, troubles du sommeil…) avec un retentissement sur les activités de la vie quotidienne et l’autonomie. Dans le traitement de ces troubles, la Haute Autorité de santé (HAS) a insisté, en 2011, sur l’intérêt des approches non pharmacologiques afin d’éviter ou de limiter l’emploi de psychotropes qui peuvent avoir des effets secondaires indésirables.

Parmi ces approches, la robotique sociale est une piste prometteuse pour l’accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie. Les robots sociaux sont des entités mécaniques dotées d’une intelligence artificielle. Leur présence physique et leur capacité d’interaction sociale (parole, expression faciale, gestuelle) les rendent propices à l’interaction avec les personnes qui ont des difficultés à communiquer. Plusieurs revues de littérature (1) ont montré une bonne acceptabilité de ces robots, notamment des robots animaux, avec des effets positifs sur l’état affectif et la vie sociale des personnes âgées.

Parmi les robots sociaux, le robot phoque Paro qui réagit à son nom, aux compliments et au toucher est celui qui est le plus utilisé dans les services gériatriques (2). Des auteurs ont montré que son utilisation permettait une réduction de l’anxiété, de l’irritabilité, de la dépression (3), une réduction du sentiment de solitude, une amélioration de l’interaction physique et verbale entre des personnes ayant une activité avec ce robot et avec le soignant (4). Dans le travail de Petersen et al. (5), l’intervention avec Paro diminuait l’utilisation de traitements psychotropes et antalgiques chez les patients souffrant de troubles cognitifs et d’affections douloureuses. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Une équipe infirmière et canine au service du bien-être à l’hôpital

médiation - animaux - hôpital - témoignage - thérapie

Céline COURBET - Année de publication : 2019

Les troubles de voisinage urbain

médiation - vivre ensemble - voisinage

Christine MELATO et Chantal MOUGIN - Année de publication : 2007

Accompagner ses pairs n’est pas une activité de médiation, mais ils sont appelés médiateurs de santé pairs

médiation - pair-aidance - rétablissement - accompagnement - politique publique - santé mentale - professionnalité