Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°71 – Habiter, co-habiter (avril 2019) // Le modèle « Un chez soi d’abord » au risque de sa diffusion

Le modèle « Un chez soi d’abord » au risque de sa diffusion

Christian LAVAL - Sociologue, Lyon
Pascale ESTECAHANDY - Médecin, Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (Dihal), Paris

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Santé publique, Sociologie, Sciences politiques

Cahiers de Rhizome n°71 – Habiter, co-habiter (avril 2019)

« Faire une politique publique, ce n’est donc pas résoudre un problème, mais construire une nouvelle représentation des problèmes qui met en place les conditions sociopolitiques de leur traitement par la société, et structure par là même l’action de l’État. »

Différents dispositifs à la croisée de la santé mentale et du logement

Le logement, au regard de son impact sur les conditions de vie, constitue un déterminant important de santé. Ainsi, par sa valeur et sa localisation, il participe fortement aux inégalités sociales et spatiales de santé, celles-ci se cumulant lorsqu’il existe un environnement dégradé – des nuisances sonores, des pollutions diverses – pour des habitants majoritairement en situation de précarité sociale. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les déterminants sociaux de santé, soit les circonstances dans lesquelles les personnes naissent, grandissent et vieillissent, représentent les principales causes des inégalités de santé. De plus, l’accès à un logement décent et abordable – ainsi que son maintien – est un déterminant de santé mentale essentiel. C’est pour lutter contre ces inégalités qu’au fil du temps, la responsabilité de la question de l’habitat s’est étendue de la sphère privée à la sphère publique. Un appareil normatif et réglementaire s’est développé pour limiter les abus du marché, mais aussi détruire les taudis de centre-ville et les lotissements sauvages. Le droit au logement a été garanti par son inscription législative depuis le 5 mars 2007 (loi relative au droit au logement opposable, dite « Dalo »), mais aussi par de nombreux dispositifs, dont la prévention des expulsions, la lutte contre l’insalubrité de l’habitat et les dispositifs d’aide aux personnes sans domicile. Ce dernier point fait ainsi référence au développement de diverses modalités d’accompagnement par les acteurs des dispositifs d’aide. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Le regard des soignants sur les migrants et les patients étrangers.

médiation - migration - interprétariat - éthique

Nathalie AISSANI - Année de publication : 2013

Reconnaissance des adultes relais dans les quartiers en politique de la ville

médiation - pair-aidance - politique de la ville - femme

Agnès ROLLET - Année de publication : 2003

Être accompagné par un interprète : entre besoin de reconnaissance et stratégies de résistance

médiation - interprétariat - savoir expérientiel - Remilas - allophone