Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°72 – Les animaux pansent (juillet 2019) // Dire ce que font les animaux dans les soins

Dire ce que font les animaux dans les soins

Bénédicte DE VILLERS - Docteur en philosophie, Coordinatrice pour la qualité des soins et la sécurité des patients au sein du CNP Saint-Martin, Namur, Belgique, Intervenante dans le certificat universitaire en médiation animale et relations à la nature, Université de Liège, Belgique

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Philosophie

Rhizome n°72 – Les animaux pansent (juillet 2019)

Depuis une quarantaine d’années, les pratiques thérapeutiques associant des animaux, dites « de médiation animale », se multiplient. Relevant de l’aide ou des soins, elles poursuivent différents objectifs : fonctionnels, occupationnels ou thérapeutiques. Des animaux variés sont conviés : chevaux, chiens, chats, etc. Elles s’adressent à des personnes en souffrance physique et/ou psychique, en situation de vulnérabilité. Aujourd’hui, ces pratiques s’inscrivent dans de véritables « dispositifs techniques (1) », car elles allient manières de faire, transmission de celles-ci et discours.

Au sujet des discours, notons qu’au cours des années 1980, ces initiatives s’énonçaient surtout en termes médicaux : une démonstration scientifique des « effets » positifs produits par les animaux eux-mêmes était souhaitée. À titre d’exemple, on a cherché à montrer que caresser un chien agit sur la pression artérielle, que la présence canine permet à la personne âgée de vivre plus longtemps, etc. Progressivement, toutefois, les discours se sont distancés de ces approches où l’animal risquait de n’occuper qu’une place d’« objet », au service d’une finalité exclusivement pensée par et au bénéfice de l’homme.

Au cours d’une expérience ethnographique liée à un projet de médiation canine, j’en suis précisément venue à formaliser l’idée que la manière d’énoncer un projet thérapeutique associant les animaux conditionne en partie la manière dont les animaux peuvent être et agir en leur sein. Ce point me paraît important, car s’il s’avère que la manière de dire a un impact sur l’être même des animaux impliqués. On comprend dès lors que la question du « bien-être » animal dans ce type de dispositif associant des animaux est incontournable. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Quelle place donner aux animaux des patients en psychiatrie ?

animaux - témoignages - prendre soin

Camille SALMON, Maéva COURTIAL, Antoine SOULET, Yohan SOUCHET et Amélie SAVOLDELLI - Année de publication : 2019

Le phoque Paro : une intervention à médiation robotique pour les personnes âgées

médiation - animaux - soins - robotique

Manon DEMANGE, Benoît CHARLIEUX, Maribel PINO et Anne-Sophie RIGAUD - Année de publication : 2019

« À la rue avec les chiens, c’est rock’n’roll »

hébergement - animaux - témoignages - chiens - lien