Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°73 – Aux frontières de l’humanitaire (octobre 2019) // « Cette personne est hors service. » Santé mentale et soutien psychosocial au Yémen

« Cette personne est hors service. » Santé mentale et soutien psychosocial au Yémen

Davide ZIVER - Docteur en psychologie sociale Handicap International, Bruxelles

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie

Rhizome n°73 – Aux frontières de l’humanitaire (octobre 2019)

« Hors service » : c’est par cette expression que certains Yéménites qualifient toute personne souffrant d’un trouble de santé mentale (1). Huit ans après la transformation paradoxale et perverse des revendications du Printemps arabe au nom de la démocratie en une guerre qui laisse 24 millions de personnes en besoin d’assistance humanitaire ou de protection (2), c’est une population entière qui se trouve « hors service ».

Les infrastructures du pays se sont en partie effondrées ; la fragmentation du pouvoir, qui contribue à la détérioration économique au vu du nombre de fonctionnaires sans salaire, fragilise la cohésion sociale. Les efforts auparavant déployés afin de poursuivre sa propre éducation ou la construction de sa maison ont été supplantés par d’autres priorités, telles que celle de s’assurer un abri pour la nuit. Cela, bien entendu, sans pouvoir se ressourcer. Chez l’individu, le stress est aigu et les préoccupations nombreuses : elles vont de la honte que ressentent les chefs de famille ne pouvant pas assurer un niveau de nutrition basique à leurs enfants ; à la peur que suscite l’actuelle explosion de la criminalité d’occasion qui vient s’ajouter aux violences de la guerre ; ou encore l’angoisse que provoque chaque bruit d’avion (évoquant les bombardements menés par la Coalition internationale dirigée par l’Arabie Saoudite, qui se poursuivent depuis 2015).

Les problèmes psychosomatiques ne sont qu’une manifestation d’un état de pression constante, d’une série de pertes sans fin et d’un deuil compliqué, d’une peur toujours présente, d’une incertitude envers le futur et un désespoir qui engloutit tout effort empathique, ou encore des tensions et de la violence intrafamiliales. Les enfants, par exemple, expriment leur souffrance par des comportements régressifs ou de l’agressivité difficile à gérer par leurs parents. Il ne s’agit donc pas de chercher des données épidémiologiques à partir de catégories diagnostiques occidentales, mais plutôt de comprendre les enjeux psychosociaux dus à une violence politique extrême. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Edito

soutien psychosocial - humanitaire - urgence - intervention - clinique - écoute

Nicolas CHAMBON - Année de publication : 2019

Repenser nos cadres d’intervention avec les personnes migrantes

soutien psychosocial - humanitaire - urgence - intervention - soin - accueil

Marie-Caroline SAGLIO-YATIMIRSKY - Année de publication : 2019

Être médiatrice-pair et soutenir le pouvoir d’agir des personnes en situation de migration

soutien psychosocial - migrations - santé mentale - écoute active - médiatrice paire - femme migrante - code culturel