Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°67 – Supporter le travail ? (Avril 2018) // Évaporation de la responsabilité collective et dispositifs d’étayage

Évaporation de la responsabilité collective et dispositifs d’étayage

Gaia BARBIERI - Psychologue clinicienne, Doctorante en psychologie clinique au Centre de Recherches en Psychopathologie et Psychologie Clinique (CRPPC), Université Lumière Lyon II, Consultante de recherche à l’Orspere-Samdarra, Lyon
Georges GAILLARD - Professeur de Psychopathologie et Psychologie clinique, Responsable de la Formation à partir de la pratique (FPP) et du DU Analyse de la Pratique et régulation institutionnelle(DUAPR), Université Lumière-Lyon II, Lyon

Année de publication : 2018

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie

Cahiers de Rhizome n°67 – Supporter le travail ? (Avril 2018)

« ‘Avez-vous besoin d’aide ?’

‘De quelqu’un qui me tue.’ »

À cette réponse je m’arrête complètement. Elle est plus accroupie qu’assise par terre, au bord du chemin. Sa posture comprimée, comme si elle avait mal à l’estomac, m’a fait sortir ma proposition d’aide. D’ailleurs, c’est la coutume montagnarde. (De Luca, 2005) »

« It’s still day one ! » Au siège parisien d’Amazon, parmi le flux continu d’informations qui défilent sur les écrans muraux, une phrase apparaît en leitmotiv : « C’est toujours le premier jour. » N’importe quel salarié serait prêt à expliquer (avec enthousiasme) le sens de ces mots au visiteur perplexe. Il s’agit, en effet, d’afficher « l’esprit-start-up » du colosse multinational ; une vision du monde à laquelle tout professionnel se doit d’adhérer, afin d’alimenter l’innovation, la vitesse, et l’éternelle jeunesse de l’entreprise, en esquivant le danger de se retrouver tout d’un coup au « day two », un jour plus près du déclin, de la stase, de la mort(1). Cette phrase est répétée inlassablement, de façon conjuratoire, afin de fixer une identité collée à l’instant, amputée de toute profondeur historique. Creusée par une négativité implacable, elle sert d’étendard aux valeurs dominantes et à l’idéologie de l’hypermodernité. Elle infiltre l’ensemble des organisations sociales et s’impose aux instances du « vivre ensemble », à la construction du sujet contemporain, et à son imaginaire. Naturellement, l’ensemble de l’organisation du travail n’échappe pas à la contagion : l’« uberisation(2) » des entreprises est à l’œuvre et « l’esprit-start-up » transfigure les institutions publiques, et partant, les institutions du soin et du travail social. Celles-ci n’en finissent pas de s’hybrider avec le secteur privé, et de se soumettre à des logiques marchandes lors-même qu’elles relèvent d’une logique de redistribution sociale et du bien commun (Enriquez, 1987 ; Gaillard, 2015). (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Enquêter l’incurie et rencontrer une personne ?

logement - aller vers - incurie - clinique psychosociale

Mathide SORBA - Année de publication : 2018

Edito

exclusion - clinique psychosociale - catégorie - pratiques - mondialisation

El Hadji Mamadou MBAYE et Jean FURTOS - Année de publication : 2012

Les mineurs étrangers isolés : une catégorie, des usagers, des intervenants. Les mineurs non accompagnés. Revue Vie Sociale et Traitements (130) [Dossier].

expérience - clinique psychosociale - migrations - catégorie - MIE - pratiques