Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°68 – « Aller vers »… d’autres pratiques ? (juin 2018) // « Aller vers… » en psychiatrie et précarité : l’opposé du « voir venir… » !

« Aller vers… » en psychiatrie et précarité : l’opposé du « voir venir… » !

Alain MERCUEL - Chef de pôle interétablissement « GHT-Psychiatrie-Précarité », GHT « Psychiatrie et neurosciences » de Paris, Centre hospitalier Sainte-Anne, Paris

Année de publication : 2018

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°68 – « Aller vers »… d’autres pratiques ? (juin 2018)

La circulaire de mars 1960 mettant en place la politique de secteur et celle de mars 1990 ont posé les bases et les valeurs du dispositif de soins psychiatriques. Elles insistent bien sur la polyvalence des équipes pluridisciplinaires et sur leur vocation à répondre à toute demande émanant du corps social concernant la souffrance psychique des personnes qui le composent. La psychiatrie de secteur s’est donc positionnée d’emblée comme une psychiatrie d’accueil, de parcours, d’accompagnement. Elle assure des consultations les plus ouvertes possibles dans les centres médico-psychologiques (CMP), véritables pivots de la pratique de secteur psychiatrique, et non pas l’hôpital comme on l’imagine trop souvent encore. Le CMP représente par cette ouverture le premier pas d’une démarche d’« aller vers » en psychiatrie de secteur.

Le second pas est celui vers la Cité dans son ensemble, avec toutes les structures sanitaires, sociales et médico-sociales qui y sont implantées, et dans lesquelles les patients déjà suivis – ou pas – en psychiatrie, ou ayant besoin de soins psychiatriques, peuvent y être rencontrés : en hôpital général, soit dans les services généraux (de l’accueil aux urgences, à la psychiatrie dite « de liaison », quels que soient les services de médecine, chirurgie ou obstétrique), en établissement spécialisé, par exemple au sein d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), en milieu pénitentiaire, dans les structures d’aval d’une hospitalisation à visée de stabilisation, de réinsertion, de réhabilitation et, de façon plus générale, dans tout lieu où les besoins de ces personnes s’expriment ou sont repérés. Plus encore, certains secteurs proposent des permanences délocalisées (mairies, centres associatifs…) ou mobiles (bus de consultations…). (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Infirmier en EMPP : ajuster ses pratiques

aller vers - équipe mobile

David MARTIN - Année de publication : 2018

Psychologisation de l’exclusion sociale ou socialisation de la pratique psychologique ?

aller vers - exclusion - accompagnement - souffrance psychique

Marie-Claude GEORGE - Année de publication : 2005

La souffrance psychique : un nouveau paradigme ?

précarité - aller vers - exclusion - souffrance psychique