Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°65-66 – Apprendre le rétablissement (Décembre 2017) // Le rétablissement et la pair-aidance en contexte québécois

Le rétablissement et la pair-aidance en contexte québécois

Myreille ST-ONGE - Psychologue, Ph.D., Professeure titulaire, École de travail social et de criminologie, Université Laval, Québec, Canada

Année de publication : 2017

Type de ressources : Rhizome - Thématique : TRAVAIL SOCIAL

Rhizome n°65-66 – Apprendre le rétablissement (Décembre 2017)

La définition du soutien par les pairs (peer support) ne semble pas faire consensus, mais ce terme engloberait le soutien mutuel entre personnes qui composent ou ont composé avec des expériences de vie difficiles de même nature, comme par exemple un vécu psychiatrique.

Renvoyant à la théorie de l’apprentissage social, cette approche suppose que les personnes qui vivent des expériences similaires représentent des modèles plus crédibles pour stimuler des changements positifs chez leurs pairs. Ces personnes auraient aussi de bonnes capacités à entrer en relation de manière empathique avec leurs pairs pour valider leur expérience dans une relation symétrique de réciprocité. Bien que cet élément de réciprocité soit présent lorsqu’il s’agit de travailleurs pairs aidants (peer support worker), on s’attend à ce que ces travailleurs pairs soient plus avancés dans leur processus de rétablissement que les pairs aidés. Inspiré des travaux de Julie Repper et Tim Carter (2010), le Programme québécois Pairs Aidants Réseau (PAR) définit ainsi le rôle du pair aidant : « Le pair aidant est un membre du personnel qui, dans le cadre de son travail, divulgue [judicieusement auprès de ses pairs et de son équipe de travail] qu’il vit ou qu’il a vécu un trouble mental. Le partage de son vécu et de son histoire de rétablissement a pour but de redonner de l’espoir, de servir de modèle d’identification, d’offrir de l’inspiration, du soutien et de l’information auprès de personnes qui vivent des situations similaires à celles qu’il a vécues. » (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

L’expérience du savoir et le savoir de l’expérience

pair-aidance - drogue - savoir expérientiel - care

Martine LACOSTE - Année de publication : 2010

Doit-on professionnaliser les pairs-aidants ?

pair-aidance - Groupe d'entraide mutuelle (GEM) - professionnalité - pouvoir d'agir - usager

Bernard DURAND - Année de publication : 2010

Apprendre à raccrocher

pair-aidance - santé mentale - pouvoir d'agir - personne concernée - lieu d'écoute - analyse de la pratique - supervision