Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°40 – Incontournables savoirs profanes dans l’évaluation des métiers de l’aide et du soin (Novembre 2010) // La formation québécoise spécialisée en intervention par les pairs

La formation québécoise spécialisée en intervention par les pairs

Nathalie LAGUEUX - travailleuse sociale et usagère, coordonnatrice du programme québécois Pairs Aidants Réseau

Année de publication : 2010

Type de ressources : Rhizome - Thématique : TRAVAIL SOCIAL

Rhizome n°40 – Incontournables savoirs profanes dans l’évaluation des métiers de l’aide et du soin (Novembre 2010)

En 2006, l’Association québécoise pour la réadaptation psychosociale (AQRP) et l’Association des personnes utilisatrices de services de la région de Québec (APUR) déposaient conjointement à la demande du Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), un projet visant à développer une stratégie québécoise pour favoriser l’embauche et l’intégration de pairs-aidants au sein des services de santé mentale. Ce projet s’inscrit en réponse à l’un des importants objectifs du plan d’action ministériel 2005-2010 : La force des liens, qui préconise l’embauche de pairs aidants dans 30% des équipes de suivi intensif et d’intensité variable[1].

Le mandat du programme Pairs Aidants Réseau vise à promouvoir l’embauche et l’intégration de pairs aidants dans les services de santé mentale au Québec ; offrir des outils de formation et des mesures de soutien aux pairs aidants ainsi qu’aux milieux d’embauche. À l’heure actuelle, le programme Pairs Aidants Réseau est le seul programme francophone à l’international. Son expertise est de plus en plus recherchée dans les pays où le français est une langue officielle.

Le rôle de l’intervenant pair aidant

La fonction de pair aidant fait référence à un membre du personnel vivant ou ayant vécu un trouble grave de santé mentale. À partir de son expérience de la maladie et de sa compréhension de son processus de rétablissement, le pair aidant aide ses pairs à surmonter les obstacles et à identifier ce qui les aide à se rétablir[2].

Afin d’assurer la spécificité de son rôle, le pair aidant doit redonner espoir aux personnes utilisatrices, soutenir et responsabiliser la personne dans son processus de rétablissement et apporter son expertise et maintenir présentes dans l’équipe les préoccupations envers la diminution de la stigmatisation, la nécessité de redonner de l’espoir et d’assurer la pleine participation de la personne au choix des services. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Interview de Jean-Marc Legagneux

pair-aidance - usagers - savoir expérientiel

Jean-Marc LEGAGNEUX - Année de publication : 2013

Accompagner ses pairs n’est pas une activité de médiation, mais ils sont appelés médiateurs de santé pairs

médiation - pair-aidance - rétablissement - accompagnement - politiques publiques - santé mentale - professionnalité

Christian LAVAL et Eve GARDIEN - Année de publication : 2020

Doit-on professionnaliser les pairs-aidants ?

pair-aidance - Groupe d'entraide mutuelle (GEM) - usagers - professionnalité - pouvoir d'agir