Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°18 – Pour-parlers, enfance-psychiatrie (Mars 2005) // Les comportements violents à l’adolescence : rôle des premières années de la vie

Les comportements violents à l’adolescence : rôle des premières années de la vie

Richard TREMBLAY - est titulaire de la chaire sur le développement de l’enfant, Université de Montréal, professeur aux départements de psychiatrie et de psychologie de l’Université de Montréal et directeur du Groupe de recherche sur l’inadaptation psychosociale chez l’enfant, Université Laval, Université McGill, Université de Montréal.

Année de publication : 2005

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, Pédopsychiatrie

Rhizome n°18 – Pour-parlers, enfance-psychiatrie (Mars 2005)

Il propose ici une analyse psycho-génétique : pour lui, ce sont les moments de la tendre enfance qui représentent le moment privilégié pour une prévention efficace de la violence à l’adolescence et l’âge adulte*.

*Revue Canadienne de Recherche sur les Politiques, 2000

La violence à l’adolescence

C’est au milieu de l’adolescence que le risque de commettre un acte violent est le plus élevé. Comme la violence chez les adultes est généralement liée à un dossier de violence juvénile, et comme les adultes sont tous passés par l’adolescence, il est plausible de croire qu’une diminution de la violence chez les jeunes aurait un effet proportionnel chez les adultes, dans une société donnée.

La majorité des adolescents commettent des actes de délinquance, mais il ne s’agit en général que d’infractions mineures. Des sondages d’opinion ont invariablement démontré qu’une petite partie des adolescents (environ 6 pour cent) sont responsables de la majorité des actes de violence et des arrestations. Sur le nombre total des cas qui se retrouvent chaque année devant un tribunal de la jeunesse au Canada, moins du quart impliquent la violence, et l’agression mineure est le principal chef d’accusation de près de la moitié de ces cas. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Participation des usagers, individualisation et institutionnalisation des savoirs d’expérience

pair-aidance - Canada - participation - usagers - savoir expérientiel

Roch HURTUBISE - Année de publication : 2015

Qu’est-ce que la cyberpsychologie ?

clinique - Canada - virtuel - technologie

Stéphane BOUCHARD - Année de publication : 2016

Le mentorat de rétablissement : introduction d’un programme de formation médicale et d’une approche de e-learning pour-et-par les usagers

Canada - expérience - rétablissement - formation - usagers