Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°33 – Prendre soin de la professionnalité (Décembre 2008) // Un psychiatre bien à sa place

Un psychiatre bien à sa place

Paul BRETECHER - Psychiatre, Corbeil Essonnes.

Année de publication : 2008

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychiatrie

Rhizome n°33 – Prendre soin de la professionnalité (Décembre 2008)

Scène 1 : Un psychiatre au Trésor Public

Un mercredi après midi, en février 2007, je me retrouve dans un grand couloir dans les étages du bâtiment du Trésor Public à Evry. Je suis convoqué à 16 heures par la commission qui statue sur les demandes d’échelonnement des dettes sociales et fiscales des entreprises. Je vais y défendre le dossier d’Agapes, entreprise d’insertion bien mal en point, qui doit alors quelques 36 000 euros au Trésor Public et à l’URSSAF. Les huissiers sont à nos trousses. Ce rendez-vous est celui de la dernière chance. La commission a pris du retard et je patiente un peu tendu. Dans la petite salle d’attente ont pris place des commerçants, des chefs d’entreprises accompagnés de leurs experts-comptables et de leurs avocats.

Chacun passe à son tour. Je me demande ce que l’on me réserve. J’entre enfin dans la pièce où m’attend le « jury » composé de 5 personnes dont l’interlocutrice, à qui j’ai déjà eu l’occasion de présenter notre dossier.

Elle s’est toujours montré bienveillante, et cette fois encore me met à l’aise : avant de me donner la parole ; elle résume en deux mots l’objet de ma démarche en insistant sur l’originalité du projet que je défends. Je fais alors mon exposé, plus convaincant sans doute quand je parle d’insertion que lorsque j’aborde les questions économiques. Et je comprends alors que ceux qui me font face savent très bien que je ne suis pas un expert de la finance, que je ne suis pas là pour « finasser », ou pour dissimuler quelques bénéfices non déclarés, que l’association n’est pas prétexte à l’enrichissement personnel de quelques uns et que j’ai déjà mobilisé bon nombre d’institutionnels afin de pallier au déficit. Ils ne chercheront donc pas à me mettre en difficulté et au vu des garanties présentées, pourtant encore aléatoires, m’encourageront à persévérer dans mes démarches, avec à l’appui, l’acceptation de notre échéancier. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Parcours d’hébergement et santé mentale : Une étude dans les CHRS de l’Ain. (Rapport final de recherche).

hébergement - insertion - logement d'abord

Lou EINHORN-JARDIN, Halima ZEROUG-VIAL, Mathilde SORBA, Nicolas CHAMBON, Guillaume PEGON et Ruxandra JORIOZ - Année de publication : 2018

Accompagner à plusieurs : un processus de co-construction ?

accompagnement - insertion - réseau

Colette PITICI - Année de publication : 2012

Soigner l’accompagnement social ?

accompagnement - insertion - autonomie - témoignage - psychosocial