Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°30 – Traverser la confusion (Mars 2008) // Effets iatrogènes des interventions multiples

Effets iatrogènes des interventions multiples

Alain MERCUEL - Chef du Service d’appui « Santé Mentale et Exclusion Sociale », Centre Hospitalier Sainte Anne, Paris

Année de publication : 2008

Type de ressources : Rhizome - Thématique : TRAVAIL SOCIAL, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°30 – Traverser la confusion (Mars 2008)

Ce service est composé, entre autres, d’une équipe mobile psychiatrie-précarité qui a bénéficié du fait d’être véritablement portée et étoffée par l’établissement de rattachement, ceci après un travail interne de près d’une décennie.

Les pièges habituels du travail auprès des personnes en situation de précarité se traduisent par des discours caricaturaux, des positions généralisatrices, des lectures en amalgames mais, pire encore, par l’entretien de la confusion des divers professionnels à tous les niveaux d’aide et d’assistance. La confusion, littéralement « fusionner avec », se rencontre de façon trans-sectorielle, interstructurelle, interindividuelle,… de l’individu à l’Etat.

La rencontre confuse

Souvent les personnes aidées se méprennent sur les aidants, car face à la nébuleuse du public correspond une nébuleuse des intervenants. Qu’il s’agisse d’une « visite à domicile » d’un SDF ou d’une intervention aux urgences, le non affichage clair de la fonction et du rôle de l’aidant entretient la confusion de l’aidé : « Monsieur le Directeur, vous accompagnez cette infirmière, dites-lui que je n’ai besoin de rien… » s’entend dire un éducateur aux urgences ; « Bon, toi le flic, je te dirais rien… » reçoit un psychiatre en centre d’hébergement. Il est donc fondé de s’interroger sur l’affichage d’une permanence, le port d’un badge professionnel, la facilitation d’un repérage d’une fonction. Ceci implique simultanément que le discours habituel et convenu des professionnels, à savoir « les SDF ne formulent pas leurs demandes aux bonnes personnes », soit à moduler en fonction justement de ce défaut d’affichage dont on peut se poser d’ailleurs la question du profit : ne pas afficher peut s’entendre aussi comme ne pas annoncer ses responsabilités… (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Ni angélisme, ni repliement

précarité - exclusion

Pierre JOLY - Année de publication : 2000

Du récit privé au récit civil

exclusion - identité - insertion - récit

Isabelle ASTIER - Année de publication : 2003

Etre une femme SDF, est-ce différent ?

exclusion - rue - violence - femme - sans-abris