Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°26 – Ordonner le réel sans stigmatiser (Mars 2007) // Désigner, interpréter, rater

Désigner, interpréter, rater

Saül KARSZ - Philosophe, Sociologue

Année de publication : 2007

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Sociologie, Philosophie

Rhizome n°26 – Ordonner le réel sans stigmatiser (Mars 2007)

Dans l’ensemble des pratiques sociales et médico-sociales, les désignations, catégories, diagnostics et autres classifications posent de délicats problèmes conceptuels, cliniques et éthiques. Des positions typiques et typées se font jour. Nombre de praticiens se montrent très réticents, sinon franchement opposés à toute désignation en arguant qu’on ne saurait réduire la personne qui vient consulter ou qui demande une aide à son statut d’usager ou de patient. Le souci de la globalité de la personne l’emporte sur toute autre considération. Laisser émerger autrui en tant que sujet suppose transfert et contre-transfert, – dynamique que les démarches d’objectivation risquent de pervertir. Un dispositif comme celui du «secret partagé» fait craindre que le diagnostic ne facilite les étiquetages et partant la mise en fiche de certaines populations… D’autres praticiens, en revanche, revendiquent un usage qu’ils disent mesuré, mais sans guère le détailler. Ils font confiance aux experts et à leur propre formation pour déterminer la pertinence desdits diagnostics, et rappellent que leur contrat de travail leur impose, parmi d’incontournables contraintes, celle de rendre compte de la situation des publics pris en charge…

Comme souvent, c’est le renfermement dans une pensée binaire qui rend les choses, non pas complexes, surdéterminées, c’est-à-dire réelles, mais compliquées, tarabiscotées, inextricables. Car le fait est que des désignations sont partout à l’œuvre, mais qu’elles sont loin d’être gratuites. Le fait est, également, qu’en fonction de cases préétablies des publics sont mis en catalogue, tout en restant méconnus pour tout ce qui chez eux dépasse la nomenclature. Nous percevons là une dialectique, balisée par trois moments qu’il convient de ne pas mélanger au sein d’une tension hors de laquelle ces moments n’existent pas. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Edito – Jean Furtos

exclusion - clinique psychosociale - catégorie - pratiques - mondialisation

El Hadji Mamadou MBAYE - Année de publication : 2012

Le migrant précaire comme nouvelle figure du débordement

précarité - profession - migrations - catégorie - soin - accueil

Nicolas CHAMBON - Année de publication : 2013

Les « adodifficiles » : un problème public interinstitutionnel

catégorie - adolescence - souffrance - politiques publiques