Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°77 – Révéler la nuit (juillet 2020) // Du crépuscule à l’aube aux urgences psychiatriques

Du crépuscule à l’aube aux urgences psychiatriques

Clara STOLL - Infirmière aux urgences psychiatriques Rhône Métropole (UPRM) nuit, Centre hospitalier Le Vinatier, Bron
Frédéric CAPET - Infirmier aux urgences psychiatriques Rhône Métropole (UPRM) nuit, Centre hospitalier Le Vinatier, Bron
Claire CASALE-MONSIME - Infirmière aux urgences psychiatriques Rhône Métropole (UPRM) nuit, Centre hospitalier Le Vinatier, Bron

Année de publication : 2020

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°77 – Révéler la nuit (juillet 2020)

L’équipe de nuit des urgences psychiatriques Rhône Métropole (UPRM), située au centre hospitalier Le Vinatier, est composée de quatre infirmiers – un infirmier de régulation, un infirmier de consultation et deux infirmiers dédiés à la zone d’observation du côté des « hospitalisations » –, un médecin et un interne en médecine.

L’UPRM accueille toute personne (âgée de 13 ans ou plus), en situation de détresse émotionnelle ou psychiatrique, stable sur le plan somatique (c’est-à-dire sans risque de dégradation soudaine de son état). Les patients accueillis ne doivent donc pas avoir consommé de toxiques, de médicaments ou de l’alcool à forte dose, auquel cas ils doivent au préalable passer par un service d’accueil des urgences afin d’être évalués par un médecin somaticien. C’est également le cas lorsque la personne souffre d’une pathologie somatique.

Le service, comporte une salle d’attente dans laquelle se trouve la zone de « régulation(1) », une zone d’observation(2) et deux bureaux, où se déroulent les entretiens médico-infirmiers.

Une ressource nocturne

De nuit, la majorité des structures de soins et d’accueil sont fermées, ce qui a un impact important sur notre service et détermine nos spécificités. Pour les personnes fragiles et isolées, cela signifie qu’elles ont moins d’interlocuteurs vers qui se tourner durant cette période. Elles se mettent donc en contact avec nous, le plus souvent par téléphone, ce qui est une des spécificités de l’UPRM. En effet, l’infirmier de régulation, chargé de gérer les entrées, les orientations et les mutations des patients joue également un rôle important, puisqu’il est chargé de répondre au téléphone afin d’écouter et de rassurer les personnes qui nous appellent. Certaines ont besoin d’une oreille attentive, bienveillante et empathique, mais ne souhaitent pas venir consulter.

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Le psychotraumatisme : une tentative de soin

traumatisme - urgence - soin - victime - trauma - psychiatrie

Evelyne VAYSSE - Année de publication : 2003

Le travail social, entre progressisme et présentisme

urgence - accompagnement - temporalité - intégration - déficit - travail sur autrui

Bertrand RAVON - Année de publication : 2004

Une expérience de bailleurs sociaux pour éviter l’expulsion

urgence - logement - habitat - collaboration - bailleur social