Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°25 – Réinventer l’institution (Décembre 2006) // Les bricoleurs de la précarité

Les bricoleurs de la précarité

Colette PITICI - Docteur en psychologie et psychopathologie clinique, Psychologue du dispositif RMI

Année de publication : 2006

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°25 – Réinventer l’institution (Décembre 2006)

A l’idée de parler du dispositif dans lequel j’exerce, ma pensée s’est mise à vagabonder. Les nomades urbains m’ont, il est vrai, appris l’errance, surtout psychique….

Le premier mot qui m’est venu, ambigu et discutable, a été celui de « bricolage ». Bricolage, selon le Petit Robert, cela signifie « travail d’amateur, peu soigné ». Ca commence plutôt mal … Ou, en deuxième acception, anthropologique celle là, « travail dont la technique est improvisée, adaptée aux matériaux, aux circonstances ». Image un peu moins féroce… J’aurais envie de rajouter une troisième définition à ces deux premières, celle d’expérimentation, qui entraîne un résultat incertain, aléatoire. Bref, dans tous les cas, rien de bien sérieux ni scientifique.

Puis, j’ai pensé que dans les dispositifs interstitiels, non institués, que certains psy ou travailleurs sociaux fréquentent ou animent, on entend immanquablement récriminations, inquiétudes, doutes, sur la pertinence des actions menées ; un peu comme si, face à notre surmoi pétri d’orthodoxie, ces lieux là représentaient une frange, une marge, une forme de dérive, d’illégitimité.

Evidemment, on pourrait évoquer le déplacement du symptôme du patient sur son interlocuteur –et dans notre auto-flagellation nous ne manquons pas de le faire ! Bien sûr que les précaires, les vagabonds, nous contaminent, via leur amarrage, leur transfert sur nous ; nous accueillons et endossons leur errance, leur instabilité, leur psychopathie, leur abandonnisme, leur vulnérabilité ou leur traumatisme éternellement irrésolu.

Plus loin dans la confession, nous pourrions préciser que nous n’avons même pas besoin de leur modèle de marginalité pour nous y engouffrer. Et que sans doute, des fragments de nos histoires personnelles sont à l’œuvre dans le choix de cette clinique. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

« A votre santé ! »

clinique - soin - politique - statistiques - bonnes pratiques

Nicolas VELUT - Année de publication : 2014

L’accompagnement, objet à part entière de santé mentale

clinique - accompagnement - souffrance psychique - santé mentale - travail relationnel

Jean-Pierre MARTIN - Année de publication : 2005

Le recours à l’interprète en santé mentale : enjeux et problèmes

clinique - profession - accès aux soins - interprétariat - pratiques - représentations