Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°21 – Demandeurs d’asile, un engagement clinique et citoyen (Décembre 2005) // Pour un engagement professionnel et citoyen

Pour un engagement professionnel et citoyen

Claire MESTRE - Médecin et anthropologue, Présidente de l’association Mana, CHU de Bordeaux, 91, cours d’Albret, 33 000 Bordeaux, Chercheur et enseignante à l’université de Bordeaux 2, UMR 5185.

Année de publication : 2005

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Anthropologie, SCIENCES MEDICALES, Médecine, PUBLIC MIGRANT, Demandeurs d'asile

Rhizome n°21 – Demandeurs d’asile, un engagement clinique et citoyen (Décembre 2005)

Notre équipe (1) accueille des migrants pour des soins psychothérapeutiques depuis plus d’une décennie. Nous avons été ainsi amenés à recevoir des demandeurs d’asile. A la suite des contacts avec les premiers d’entre eux, frappés par la difficulté de leur parcours, l’intensité de leur douleur, et la multiplicité des enjeux, nous avons entamé une réflexion qui a abouti sur un choix et un engagement, celui de les accueillir et de les soigner. Cette décision a entraîné plusieurs actions : une formation auprès de professionnels aguerris à ces questions, la mise en place d’un cadre de soin tenant compte d’une clinique complexe : celle du traumatisme et de l’attente (Lemaire I., 2005), en plus de celle de l’exil, la formation d’un réseau de partenaires, mais aussi la tenue d’une réflexion qui place ce soin dans un engagement professionnel et citoyen.

Le cadre des soins

La consultation de médecine transculturelle dont je suis responsable accueille des personnes migrantes pour lesquelles le cadre tient compte des données suivantes : la langue, la situation migratoire et les références culturelles. Ainsi, chaque demande fait l’objet d’une évaluation en fonction d’indications précises selon des critères incluant le degré de maîtrise de la langue française, la nécessité de comprendre le trajet migratoire et le matériel culturel. L’arrivée de demandeurs d’asile nous a contraints à élargir nos indications dans la mesure où il existe très peu de lieux de soin psychothérapeutique d’accès facile travaillant avec des interprètes-médiateurs, et de remboursement aisé. Outre une clinique du traumatisme et la prise en compte éventuelle de matériel culturel auxquels nous avons appris à nous familiariser, nous nous sommes heurtés à diverses données pour lesquelles il a fallu faire preuve de réflexion commune, d’adaptation voire de créativité. Actuellement, la longue et difficile attente que connaissent tous les demandeurs d’asile nous a fait imaginer un atelier de peinture animé par une artiste peintre (2) : elle propose des techniques simples de peinture et de collage qui permettent à chacun de retrouver au fond de soi les potentialités créatrices abrasées par l’attente et son issue aléatoire. Une psychomotricienne bénévole s’emploie aussi à proposer à certains des retrouvailles médiatisées avec leur corps abîmé par l’humiliation et l’extrême violence. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Créer les conditions de possibilité de la parole. Une dangereuse autonomie

clinique - précarité - autonomie

Jacqueline DHERET - Année de publication : 2011

Edito

clinique - droit - sexualité

Nicolas CHAMBON - Année de publication : 2016

Clinique et éthique du consentement

clinique - consentement - éthique