Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°19 – Psychologues en tension (Juin 2005) // L’alliance psychologue-psychiatre dans l’espace psychosocial

L’alliance psychologue-psychiatre dans l’espace psychosocial

Jean-Jacques TABARY - Psychologue, Réseau Santé Mentale Précarité
Michel COLOMBANI - Psychiatre, Carrefour Santé Mentale Précarité
Mohamed ZAHID - Psychologue, dispositif psychologues RMI

Année de publication : 2005

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°19 – Psychologues en tension (Juin 2005)

La question des relations entre psychiatre et psychologue est de celles que l’on traîne tout au long de sa carrière, sans prendre jamais la peine de les traiter de front, et qui, quand elles sont incontournables -par exemple quand il s’agit de répartir des tâches- se résolvent en se référant plus à la personne, qu’à la fonction.

Une fois évacués les éléments formels qui définissent le contour des identités (formation, titre, statut), le champ d’investissement partagé entre psychologue et psychiatre reste assez vaste pour que les différences s’estompent, sans qu’on éprouve le besoin obsessif de les réexaminer sans cesse. Plus particulièrement, dans le champ psychothérapique.

Pourtant, à y regarder de près, cette position tient plus de l’englobement des fonctions du psychologue, que de la complémentarité ; rançon de la combinaison de deux facteurs : la primauté du médical dans l’institution psychiatrique et la proximité des compétences.

En invitant le Secteur à se pencher sur la souffrance psychique liée à la précarité, c’est à l’équipe pluridisciplinaire que l’on s’ adresse, dans ses prolongements, au-delà du seul savoir psychiatrique. Ce qui offre une opportunité nouvelle de désintrication des compétences, et d’une complémentarité de type « tuilage » entre psychiatre et psychologue.

Pour le premier, invité à s’aventurer dans un espace nouveau, un discours dont il lui faut acquérir les clés, mais dans une démarche dont il garde, symboliquement, la direction, son acolyte psychologue cumule des fonctions indispensables : il est notamment l’éclaireur, l’interprète, l’observateur. S’il a gardé quelque chose de la fraîcheur de ses années d’étude, il est le clinicien de ce qui est hors du champ pathologique. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Représentations, stratégies et redéfinition identitaire dans le processus de rétablissement

rétablissement - identité

Brice MARTIN - Année de publication : 2017

Le corps en acte : Temps du corps et temps de la vie à l’adolescence

adolescence - temporalité - identité - crise

Pascal ROMAN - Année de publication : 2010

Une catégorie qui gomme les identités

exclusion - solidarité - identité