Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°73 – Aux frontières de l’humanitaire (octobre 2019) // Edito

Edito

Nicolas CHAMBON

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SANTE MENTALE, SCIENCES HUMAINES, Sociologie, TRAVAIL SOCIAL, PUBLIC MIGRANT

Rhizome n°73 – Aux frontières de l’humanitaire (octobre 2019)

Différentes modalités d’intervention humanitaire se sont développées dans un monde bouleversé par des situations de crises majeures. Aujourd’hui, dans un contexte postcolonial, le modèle de l’action humanitaire se transforme au profit d’actions nationales ou internationales marquées du sceau de l’urgence et visant à répondre aux besoins fondamentaux des personnes. Dans cette perspective, les interventions humanitaires intègrent de plus en plus des programmes qui s’inscrivent dans la terminologie « santé mentale et soutien psychosocial » (SMSPS, ou Mental Health and Psychosocial Support [MHPSS]).

Christian Laval rappelle comment ce soutien psychosocial se formalise. La pyramide d’intervention sur la santé mentale et le soutien psychosocial en situation d’urgence, présenté par le Groupe de référence du Comité permanent interorganisations (Inter-Agency Standing Committee [IASC]), fait référence dans ce domaine. Fahmy Hanna affirme que « les soutiens sociaux sont essentiels pour protéger et soutenir la santé mentale et le bien-être psychosocial en situation d’urgence ». Pour Évelyne Josse, il importe d’« encourager et soutenir les ressources d’une communauté ébranlée par un événement traumatique ». Un article élaboré lors d’un groupe de parole avec l’équipe SMSPS de Handicap International au Yémen illustre comment soutenir pratiquement la population. La position de l’équipe mérite d’être relevée : « Il ne s’agit pas de chercher des données épidémiologiques à partir de catégories diagnostiques occidentales, mais plutôt de comprendre les enjeux psychosociaux dus à une violence politique extrême. » Ils affirment plus loin que leur but est de « faciliter des espaces de dialogue, afin de recréer un tissu social inclusif dans lequel l’entraide est la première forme de résilience ». Entendons là une perspective clinique, dont Sarah Rizk rappelle qu’elle ne peut être uniquement accommodée à l’urgence et à des logiques économiques et de performance. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

« Cette personne est hors service. » Santé mentale et soutien psychosocial au Yémen

humanitaire - urgence - souffrance psychique - psychosocial

Davide ZIVER - Année de publication : 2019

Le modèle de travail du Groupe de référence de l’IASC

humanitaire - urgence - psychosocial

Fahmy HANNA - Année de publication : 2019

Des interventions d’urgence à l’urgence du développement

humanitaire - urgence