Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014) // Edito

Edito

Christian LAVAL

Année de publication : 2014

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SANTE MENTALE, SCIENCES HUMAINES, Santé publique, Sociologie

Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014)

Alors que les définitions de la santé publique ont varié selon les écoles et les époques, on peut toutefois distinguer deux grandes perspectives :

Dans la première, les prescriptions de santé publique sont définies a priori par des données épidémiologiques et mises en œuvre par des politiques publiques populationnelles qui tentent d’évaluer leur impact en termes de diminution de prévalence et d’incidence des pathologies.

Une seconde option, plus réflexive, tente de comprendre ce que fait faire cette visée de santé publique aux praticiens de la relation de cure ou care qui, soit négligent ces savoirs, soit s’en accommodent ou se revendiquent (au moins pour partie) de cette rationalité statistique et épidémiologique pour argumenter et agir. Nous avons fait le choix ici de privilégier cette seconde perspective. Comment des données de santé publique peuvent-elles être des ressources ou parfois des obstacles dans la rencontre singulière ? Que font- elles faire aux intervenants et particulièrement à ceux qui sont confrontés aux troubles psychiques en lien avec une situation de précarité sociale ? Et plus largement, quels sont les liens entretenus entre santé mentale et santé publique ?

Face à ces questionnements, les professionnels de l’accompagnement et du soin et plus particulièrement ceux qui exercent dans le cadre de la psychiatrie publique sont parfois sur la défensive. Pour mieux comprendre leur ambivalence vis-à-vis d’une approche de santé publique un retour sur la genèse de la psychiatrie de secteur est ici nécessaire. Née dans l’ après seconde guerre mondiale, critique de l’hygiène mentale et luttant contre une système d’administration asilaire , le modèle du secteur nourrit une forme de méfiance récurrente vis-à-vis « des tentatives de clarifier les besoins de santé mentale », de la population générale ou de certains groupes-cibles. Nicolas Henckes nous rappelle que le projet communautaire des pionniers, alors qu’il a réussi à ouvrir les portes de l’asile, est ensuite passé aux oubliettes. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Un psychiatrie de l’ex-compagnement ? Regard sur le travail infirmier

accompagnement - temporalité - gouvernance - professionnalité

Frédéric MOUGEOT - Année de publication : 2012

Alors, la rencontre. La dimension interculturelle en prévention spécialisée.

rue - accompagnement - migration - prévention

Christelle HUMBERT - Année de publication : 2013

L’accompagnement des victimes

accompagnement - justice - victime - écoute