Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°75-76 – Pair-aidance, interprétariat et médiations (mars 2020) // Modalités de médiations dans des groupes d’entraide pour personnes vivant avec le trouble bipolaire en Belgique francophone

Modalités de médiations dans des groupes d’entraide pour personnes vivant avec le trouble bipolaire en Belgique francophone

Émilie CHARLIER - Docteure en sciences psychologiques et de l’éducation, Université de Mons, service de sciences de la famille, Mons, Belgique

Année de publication : 2020

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Anthropologie

Cahiers de Rhizome n°75-76 – Pair-aidance, interprétariat et médiations (mars 2020)

En Belgique, de nombreuses personnes souffrent d’une vulnérabilité psychique, ce qui fragilise bien souvent leur participation sociale (Van Audenhove, 2015). Depuis quelques décennies, l’organisation des soins, en particulier des soins de santé mentale, connaît des transformations allant dans le sens d’une plus grande place accordée à la participation des malades et de leurs proches.

Le soutien par les pairs en Belgique

Le mouvement des droits des patients est apparu dans les années 1990, sous l’impulsion de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La législation se tourne alors vers une responsabilisation des individus (Volckrick, 2008). En 2005, différentes associations d’usagers ont participé à la réflexion ayant abouti à la note politique visant à réorganiser les soins en réseau. En 2010, la réforme des soins oriente ces derniers vers le communautaire et le rétablissement (Jacob, Macquet et Natalis, 2014). Ainsi, les individus et leur entourage sont reconnus comme des partenaires de soins. Leur participation est considérée comme essentielle et se traduit de plusieurs manières : via des organes de concertations, regroupements d’usagers, expertise… De nombreuses pratiques participatives se développent depuis le début des années 2000 et, parmi elles, des initiatives renvoyant au soutien par les pairs (Dujardin, Jamoulle et Sandron, 2017).

Le soutien social correspond à l’échange de ressources – qu’elles soient d’ordre émotionnel, instrumental ou d’information – par des non-professionnels, dans le cadre de groupes sociaux ou d’interaction avec des membres d’un même réseau social (Caron et Guay, 2005). Le soutien par les pairs se caractérise par des pratiques formelles, d’une part, et informelles, d’autre part. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

« On est des (ex-)quelque chose »… De la mobilisation des savoirs expérientiels dans le travail pair

médiation - pair-aidance - savoir expérientiel

Laëtitia SCHWEITZER - Année de publication : 2020

(Se) Faire confiance : les enjeux d’une collaboration et d’une transformation du cadre clinique en pédopsychiatrie

médiation - accès aux soins - interprétariat - parentalité - enfance - famille - allophone

Iona ATGER, Djamel KHOUAS et Stéphanie LARCHANCHE - Année de publication : 2020

Le travail de médiatrice en santé paire au sein du programme « Un chez soi d’abord »

médiation - pair-aidance - habiter - accompagnement - autonomie - chez soi d'abord