Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°75-76 – Pair-aidance, interprétariat et médiations (mars 2020) // La traduction comme médiation créatrice à Mayotte, un espace à réfléchir

La traduction comme médiation créatrice à Mayotte, un espace à réfléchir

Amandine BACHINI - Psychologue clinicienne, Centre hospitalier de Mayotte, Association Fikira de Mayotte et d’ailleurs, Mamoudzou, Mayotte
Elodie BERENGUER - Psychiatre et anthropologue, Centre hospitalier de Mayotte, Mamoudzou, Mayotte

Année de publication : 2020

Type de ressources : Rhizome

Cahiers de Rhizome n°75-76 – Pair-aidance, interprétariat et médiations (mars 2020)

Ce travail a été réalisé en collaboration avec les ASH-traductrices Hachimia Abdallah, Sitti Demassi, Zaliffa Gue et Moinamaoulida Kassim.

Fonctionnant sur le modèle du secteur psychiatrique(1) depuis 2001, le service de santé mentale de l’hôpital de Mayotte(2) a la particularité d’accueillir une grande partie de patients non francophones, locuteurs de langues locales (shimaore, shibushi et autres formes dialectales du comorien). En face d’eux, la majorité des soignants est exclusivement francophone. La situation de traduction s’inscrit de fait dans la quotidienneté de la pratique, comme une sorte « d’allant de soi » ayant toujours existé par nécessité, mais faisant peut-être l’impasse sur les questionnements émergeant de ces modalités de médiation. Ainsi, au centre médico-psychologique (CMP), la traduction est assurée par des professionnelles mahoraises, occupant des postes d’agent de service hospitalier (ASH) et ne bénéficiant d’aucune formation officielle spécifique ni de reconnaissance institutionnelle pour leur compétence d’interprète.

Autour de ce constat, le désir de penser cet espace de médiation s’est mué en un groupe de travail – composé des quatre ASH traductrices du service, d’une psychologue et d’une psychiatre – selon une approche qualitative utilisant la technique des focus groups, complétée par une analyse thématique. Dans cet article, nous souhaitons ainsi mettre en lumière une démarche de réflexion commune, pluridisciplinaire et pluriculturelle, autour de notre travail en santé mentale à travers le prisme des langues et de la traduction. Après avoir brièvement présenté le contexte linguistique et l’offre de soins à Mayotte, nous aborderons la traduction en tant qu’outil « d’aller-vers » linguistique et culturel porté par les ASH traductrices. Ensuite, nous réfléchirons aux bouleversements de l’espace de soins psychiques induits par la création de la triade soignant-patient-ASH traductrice. Enfin, nous interrogerons les enjeux de reconnaissance professionnelle liés à la fonction de traduction dans ce département ultramarin. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Moi, Mourad Benaïad devenu éducateur

médiation - pair-aidance - profession - témoignages - savoirs expérientiels

Christian LAVAL et Adrien PICHON - Année de publication : 2010

Edito

médiation - profession - accès aux soins - interprétariat - langue

Christian LAVAL et Halima ZEROUG-VIAL - Année de publication : 2015

« Faciliter » un groupe d’entraide du Rev France, l’expérience de Montpellier

médiation - pair-aidance - groupe de parole - entendeurs de voix - facilitateur