Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°73 – Aux frontières de l’humanitaire (octobre 2019) // Repenser nos cadres d’intervention avec les personnes migrantes

Repenser nos cadres d’intervention avec les personnes migrantes

Marie-Caroline SAGLIO-YATIMIRSKY - Psychologue clinicienne dans la consultation de psychotraumatisme, Service de psychiatrie, hôpital Avicenne, Bobigny (93), Professeure des universités à l’Inalco, anthropologie d’Asie du Sud, Chercheur au Cessma (UMR 245), Coordinatrice de l’ANR LIMINAL sur les médiations et interactions linguistiques et culturelles en situations migratoires d’urgence (1), Auteure de l’ouvrage La Voix de ceux qui crient, rencontre avec des demandeurs d’asile (2)

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, PUBLIC MIGRANT

Rhizome n°73 – Aux frontières de l’humanitaire (octobre 2019)

Rhizome : Quel regard portez-vous sur la situation des personnes ayant récemment migré aujourd’hui en France ?

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky : La situation des migrants primo-arrivants en France est d’autant plus complexe qu’elle a été construite comme une situation de « crise » et s’est largement politisée. Elle révèle non pas tant une « crise des migrants » – l’expression médiatique n’est pas pertinente – mais une « crise de l’accueil ». Autrement dit, elle témoigne de réactions inadéquates par rapport à un contexte engageant des vies humaines et d’un dialogue souvent crispé entre acteurs étatiques, associatifs, acteurs de la société civile et exilés. Cette crise a révélé des manques et des dysfonctionnements graves dans l’accueil social, médical et politique des populations migrantes. Il me semble que nous sommes toujours en « situation de crise », soit de réponse chaotique et peu coordonnée à l’échelle du territoire, ainsi que dans une temporalité de l’urgence qui limite l’accompagnement psychosocial, le travail d’accueil et de lien. Pourtant, cette situation me semble avoir évolué depuis 2015 avec, paradoxalement, une limitation toujours plus importante des droits des demandeurs d’asile suite à la loi « Asile et migration » de septembre 2018, mais aussi des actions de plus en plus importantes au niveau des associations et des organisations non gouvernementales (ONG) ainsi que le développement d’initiatives locales très créatives. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Edito

humanitaire - urgence - clinique - migration - santé mentale - écoute - psychosocial

Nicolas CHAMBON - Année de publication : 2019

Introduction et devenir d’une préoccupation sur la santé mentale dans le monde humanitaire

humanitaire - souffrance psychique - santé mentale - psychotraumatisme - care - psychologie

Christian LAVAL - Année de publication : 2019

Santé mentale et forces communautaires dans les interventions humanitaires

médiation - humanitaire - accompagnement - handicap - psychotraumatisme