Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°73 – Aux frontières de l’humanitaire (octobre 2019) // Des interventions d’urgence à l’urgence du développement

Des interventions d’urgence à l’urgence du développement

Sarah RIZK - Responsable santé mentale Handicap International, Lyon

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SANTE MENTALE, TRAVAIL SOCIAL

Rhizome n°73 – Aux frontières de l’humanitaire (octobre 2019)

Le fardeau total de la morbidité en lien avec les troubles mentaux est estimé à 13 %, tant dans les pays à faibles et moyens revenus que dans les pays à haut revenus. Ce chiffre très élevé est souvent majoré dans les situations de conflits, de catastrophes naturelles et de grandes précarités socio-économiques à la suite des multiples pertes, séparations, disparitions de proches et de biens ainsi que des renversements des dynamiques sociales entre les femmes et les hommes, et entre les générations.

Ainsi, au sein des contextes dans lesquels les professionnels de santé mentale sont peu nombreux, où les besoins fondamentaux ne sont pas toujours couverts et où la sécurité physique des individus n’est pas garantie, penser des dispositifs soignants constitue un défi. Les réponses possibles dans le champ de la santé mentale sont souvent multiples. Nous remarquons qu’une grande partie de ces interventions insistent sur l’importance de reconnecter l’humain avec son humanité et de lui permettre de recouvrer sa dignité. Ces dispositifs de soin, souvent catégorisés en « santé mentale et soutien psychosocial », tentent de répondre d’une certaine manière aux causes sociales de la détresse psychologique. Les activités qu’on y retrouve cherchent à renforcer ou à recréer des liens avec l’environnement social, à partager des vécus et des émotions avec d’autres semblables qui évoluent dans les mêmes métacadres sociaux et à s’autoriser à investir des objets culturels communs. Ces projets mobilisent ainsi toute personne de la communauté qui a le souci de l’autre, de son mieux-être, de sa sécurité, quels que soient son statut et sa fonction sociale. Dans l’action humanitaire, ces activités socioculturelles sont souvent complétées par des activités plus spécialisées pour la gestion des psychotraumatismes, des deuils, des dépressions, des troubles de l’anxiété et de l’adaptation souvent rencontrés dans ces contextes. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Lorsque les réseaux sociaux servent l’humanitaire

humanitaire - exil - migration - numérique - réseau - TRAVAIL SOCIAL

Manon CHALMEAU - Année de publication : 2016

À bord de l’Aquarius

humanitaire - urgence - exil - témoignage - psychosocial

Marie RAJABLAT - Année de publication : 2019

Edito

humanitaire - urgence - clinique - migration - santé mentale - écoute - psychosocial