Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°74 – Vivre le vieillissement (décembre 2019) // Le vieillissement des personnes en situation de handicap à l’épreuve des politiques catégorielles

Le vieillissement des personnes en situation de handicap à l’épreuve des politiques catégorielles

Muriel DELPORTE - Sociologue Centre de recherche « Individus, Épreuves, Sociétés » (CeRIES – EA 3589), université de Lille, Conseillère technique au centre régional d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité (Creai) des Hauts-de-France, Lille

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES

Rhizome n°74 – Vivre le vieillissement (décembre 2019)

L’augmentation de l’espérance de vie, notamment des personnes en situation de handicap, est un constat aujourd’hui bien établi. Toutefois, de profondes inégalités demeurent. Ainsi, si « les courbes d’espérance de vie des personnes handicapées des­sinent des profils de mortalité tendant à se rap­procher progressivement des courbes d’espérance de vie de la population générale (1) », les personnes présentant des troubles psychiques ont aujourd’hui encore des taux de mortalité deux à cinq fois supé­rieurs à ceux de la population générale et un taux de mortalité prématurée quadruplé (2). Il semble donc essentiel d’étudier les déterminants de cette moindre longévité. Nous nous intéresserons principalement ici aux conséquences de l’organisation catégorielle des politiques publiques sur l’expérience du vieillissement des personnes présentant un handicap d’origine psychique.

Les personnes atteintes de troubles psychiques présentent, au cours de leur avancée en âge, une fragilité accrue et spécifique (3). Cette dernière trouve son origine dans différents facteurs qui se conjuguent et se cumulent. Tout d’abord, la prise de traitements médicamenteux souvent ancienne induit de nombreux effets secondaires. Ensuite, des conditions de vie parfois précaires, qui peuvent s’accompagner d’habitudes de vie néfastes pour la santé (telles que la consommation de tabac, un mauvais équilibre alimentaire, etc.). Mais elles pâtissent également des conséquences d’un moindre suivi de santé somatique tout au long de la vie : les personnes suivies pour des troubles psychiques sont nettement plus nombreuses que la population générale à ne pas avoir de médecin traitant et le moindre accès aux soins somatiques croît avec la sévérité des troubles (4). Des difficultés apparaissent aussi au fil du vieillissement, telles qu’un phénomène de ralentissement et de lassitude, le constat de pertes de mémoire et l’émergence de troubles cognitifs, une baisse de l’acuité visuelle et/ou auditive, des déficits moteurs. Par ailleurs, les troubles psychiques ne se stabilisent pas toujours au fil de l’avancée en âge. Les personnes qui en sont porteuses font donc souvent l’expé­rience d’un vieillissement difficile qui s’accompagne de problèmes de santé multiples associés à des interroga­tions quant à leur origine : est-ce dû à la maladie, aux traitements, au vieillissement ? (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Quelle place en Ehpad pour les personnes âgées dites « psychotiques » ?

vieillissement - logement - handicap - Ehpad

Georges JOVELET - Année de publication : 2019

Vieillissement et rétablissement: quelle évolution pour le statut du sujet en institution ?

vieillissement - rétablissement - handicap - Ehpad

Jessica OZENNE - Année de publication : 2019

Les sans-abri vieillissants du métro parisien

hébergement - vieillissement - habiter - aller vers - SDF - maraude