Vous êtes ici // Accueil // Publications // La clinique psychosociale et les dispositifs de soutien aux professionnels. Une enquête sur les nouveaux enjeux des espaces réflexifs au sein des institutions de la mésinscription

La clinique psychosociale et les dispositifs de soutien aux professionnels. Une enquête sur les nouveaux enjeux des espaces réflexifs au sein des institutions de la mésinscription

Gaia BARBIERI
Halima ZEROUG-VIAL

Année de publication : 2018

Type de ressources : Rapports - Thématique : SANTE MENTALE, SCIENCES HUMAINES, Psychologie

Télécharger le PDF

Les cliniciens psychosociaux travaillent ensemble

« La clinique psychosociale et les dispositifs de soutien aux professionnels. Une enquête sur les nouveaux enjeux des espaces réflexifs au sein des institutions de la mésinscription ». Le titre de cette recherche met en exergue un point d’articulation fondamental, celui qui relie la clinique psychosociale aux dispositifs cherchant à soutenir les professionnels qui s’y impliquent. Une telle articulation, et, surtout, l’effort de la penser jusqu’au bout, avec toutes ses implications et conséquences, constitue le socle des théories et des pratiques complexes de la clinique psychosociale.

En effet, cette approche clinique a pu émerger grâce à un ensemble de travaux sur des pratiques de soin psychiatrique ou d’accompagnement social ayant en commun une propriété fondamentale : celle de confronter les professionnels qui s’y engagent à un certain malaise. Ce malaise découle d’un vécu de dépaysement, de décalage, d’inadaptation, qui s’empare de l’intervenant lorsqu’il se rend compte que ses « outils » de travail (qu’ils relèvent d’un cadre psychologique ou qu’ils s’inscrivent dans l’accompagnement social) sont insuffisants, lacunaires, risibles, condamnés à rester lettre morte face à la détresse des sujets qu’il serait appelé à soutenir. De tels outils sont effectivement inefficaces vis-à-vis d’une souffrance qui ne peut pas être éprouvée directement par un sujet. En effet, ce dernier étant affecté par la mauvaise précarité, celle-là même qui creuse nos configurations sociales contemporaines, ne peut que s’auto-exclure d’une telle détresse en s’inscrivant dans une logique de survie. Dans le cadre d’un processus transférentiel qu’on pourrait qualifier de vicariance1, cette souffrance va se loger dans l’espace psychique de l’intervenant, lequel se retrouve ainsi à souffrir par substitution (Furtos, 2015), sans en avoir toutefois conscience à moins d’entreprendre un travail auto-réflexif. Un tel malaise porté serait alors le signe, le symptôme, de la clinique psychosociale. (…)

Publications similaires

Les espaces de la pensée. Réflexion sur la notion de placement

psychanalyse - enfance

Olivier MOYANO - Année de publication : 2004

Précarité œdipienne, psychanalyse et psychiatrie publique

précarité - psychanalyse - accès aux soins

Bertrand PIRET - Année de publication : 2002

Masculin/féminin dans une unité de soins pour enfants et adolescents

psychanalyse - adolescence - enfance - femme