Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°59 – Les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles (Mars 2016) // Regard d’un psychiatre sur le processus psychique de la radicalisation

Regard d’un psychiatre sur le processus psychique de la radicalisation

Jean CHAMBRY - Praticien Hospitalier, chef du pôle adolescent au centre hospitalier Fondation Vallée, Responsable de l’unité d’urgence et de liaison en psychiatrie infanto-juvénile, située au CHU du Kremlin Bicêtre, Président du collège de pédopsychiatrie de la Fédération de Psychiatrie de l’Enfant et l’Adolescent, Secrétaire général de la Société Française de Psychiatrie de l’Enfant et l’Adolescent, Secrétaire de la Société de Santé de l’Adolescent, Paris

Année de publication : 2016

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Cahiers de Rhizome n°59 – Les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles (Mars 2016)

Rhizome : En tant que clinicien, comment qualifieriez-vous la radicalisation ? Comment expliqueriez-vous que les jeunes soient beaucoup plus touchés par ce phénomène ?

Jean Chambry : Je n’aborderai cette question que sous l’angle de l’expérience de prise en charge des adolescents en grande difficulté, c’est à dire que je n’aborderai ce processus que chez les adolescents et les jeunes adultes. La radicalisation ne peut pas se limiter à une explication psychopathologique ou psychiatrique. C’est un phénomène qui interroge notre société sur ses choix politiques, idéologiques… Il faut d’ailleurs distinguer deux aspects face à la radicalisation : d’une part, le besoin d’investir une forme de pensée unique, illusion d’une vérité qui bannit toute forme de doute ; d’autre part, le basculement dans la haine de l’Autre différent, qui autorise alors la violence et la destructivité. Je ne me hasarderai pas à commenter la notion d’amplification du phénomène car il faudrait, pour cela, disposer d’études pluridisciplinaires permettant un regard historique. Je pense que les facteurs à l’origine de ce processus reposent sur les fragilités du fonctionnement psychique humain, qui existent depuis toujours mais qui s’expriment sous cette forme en raison des supports culturels, sociologiques, religieux disponibles aujourd’hui.(…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

L’adolescence à l’épreuve de la neurobiologie

clinique - adolescence

Nicolas GEORGIEFF - Année de publication : 2010

Le secteur, un pivot incontournable de la psychiatrie infanto-juvénile

adolescence - enfance - psychiatrie publique

Philippe JEAMMET - Année de publication : 2005

Masculin/féminin dans une unité de soins pour enfants et adolescents

psychanalyse - adolescence - enfance - femme