Vous êtes ici // Accueil // Publications // « Refugees welcome » : comment accueillir l’humanité ?

« Refugees welcome » : comment accueillir l’humanité ?

Manon CHALMEAU

Année de publication : 2016

Type de ressources : Mémoires et thèses - Thématique : TRAVAIL SOCIAL, PUBLIC MIGRANT

Télécharger le PDF

INTRODUCTION

Depuis mon premier voyage en territoires palestiniens 2008, je m’intéresse à la problématique des réfugiés, ainsi que des conséquences de leur statut d’exilés, d’apatrides, de demandeurs d’asile… Depuis, j’ai essayé de me rapprocher de cette population en effectuant des voyages d’une part, mais aussi en la aussi en la côtoyant dans le cadre de mon travail et mes investissements associatifs.

Cette année, j’ai travaillé dans un service d’accueil pour Mineurs Isolés Étrangers 1. Je m’occupais de jeunes ayant entre 16 et 18 ans, venant du Maghreb, Afrique noire, Albanie, Kosovo, Afghanistan, Irak… J’ai pu approcher de près les problématiques liées au déracinement, à l’exil et l’errance.

En débutant ce Diplôme Intra-Universitaire, je pensais faire un sujet de mémoire autour des difficultés rencontrées par ces jeunes. En parallèle, je voyais dans les médias ce qui se passait en Grèce, notamment à Lesbos (2). J’ai éprouvé le besoin de partir, comprendre ce qui s’y passe. Je voulais aussi apporter ma pierre à l’édifice en participant un mouvement citoyen de solidarité. Manifester, c’est bien, agir, mieux.

A l’approche de mon voyage, je me suis dit que j’allais pouvoir approcher de près les mineurs isolés qui tentent la traversée et ainsi, effectuer des interviews. Pour rappel, certains chiffres annoncent que 10,000 enfants auraient disparus suite à leur arrivée sur le sol Européen. Mais une fois sur le sol Européen. Mais une fois moi -même arrivée en Grèce (3), je me rends vite compte que rencontrer ces jeunes sera impossible. En effet, les mineurs sont protégés et tenus par les ONG dans ce qui s’apparente à des centres de rétentions,  « pour leur sécurité ».

Je n’ai donc pas pu les approcher. Mais grâce à mes rencontres sur l’île, j’ai pu rebondir et changer ma thématique. Finalement, je vais y apporter une approche plus globale et européenne sur cette fameuse crise migratoire, en m’intéressant à l’accueil qui est fait ces primo arrivants. Ce travail aura aussi pour idée de donner la parole à ceux qu’on appelle les « réfugiés (4) », qui ne cessent de nous rappeler qu’ils sont avant tout des « êtres humains ». (…)

Publications similaires

Explorer les liens entre psychose et traumatisme. Mémoires, p. 12-13

exil - migration - violence - psychotraumatisme

Halima ZEROUG-VIAL - Année de publication : 2016

Programme formation « L’interprétariat en santé » 2020

formation - accès aux soins - migration - interprétariat - accueil

Année de publication : 2020

« Je ne peux pas faire autrement » : Rôle familial et liens familiaux dans le processus de soins : Un infirmier à la rencontre de deux femmes immigrées, atteintes de schizophrénie.

accompagnement - migration - schizophrénie - aidant