Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014) // Psychose et migration : entre clinique, épidémiologie et politique

Psychose et migration : entre clinique, épidémiologie et politique

Edouard LEAUNE - interne en Psychiatrie et étudiant en master 2 Philosophie de la santé
Halima ZROUG-VIAL - psychiatre, Directeur de l’ONSMP-ORSPERE/Réseau Samdarra

Année de publication : 2014

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Santé publique, Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC MIGRANT

Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014)

L’expérience clinique des troubles psychiatriques apparaissant chez des personnes migrantes amène généralement les professionnels à établir un lien direct entre l’histoire personnelle d’exil de leurs patients et l’émergence des troubles mentaux. Les travaux épidémiologiques récents ont permis de mettre en exergue la réalité de ce lien, notamment du côté des troubles psychotiques, en insistant sur le rôle des trajectoires sociales dans leur apparition.

Migration et fragilisation psychique

Une étude épidémiologique danoise récente (Cantor-Graae et Pedersen, 2013)[1], a permis de préciser quels types de pathologies mentales sont plus particulièrement favorisés par l’expérience migratoire, en fonction notamment des générations et du lien à la migration direct ou en tant que transmission. Il apparaissait que les populations migrantes présentaient un risque accru pour l’ensemble des pathologies mentales répertoriées. Plus précisément, les enfants d’immigrés et les personnes adoptées nées à l’étranger présentaient un risque pour l’ensemble des pathologies psychiatriques (schizophrénie, troubles de l’humeur, trouble bipolaire, toxicomanie, trouble de personnalité, anxiété…), tandis que les immigrés voient leur risque augmenté de présenter une schizophrénie ou une pathologie du spectre schizophrénique, mais sont moins exposés à l’émergence de troubles de l’humeur, de trouble de personnalité ou de toxicomanie. Ainsi, au fil des générations la schizophrénie apparaît comme la pathologie mentale la plus en lien avec la migration pour l’ensemble des populations concernées par ce type d’expérience directement ou via une histoire parentale d’exil. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

PTSD : les mailles de la cotation

traumatisme - clinique - souffrance - PTSD - trauma

Bernard DORAY - Année de publication : 2003

Clinique spatiale de l’itinérance

clinique - Canada - mondialisation - récit - lieu

Jean Dominique LECCIA - Année de publication : 2012

L’ambition holistique de la médecine générale

clinique - profession - soin - médecine générale