Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014) // Psychiatrie et santé publique : du sujet au groupe, Le département d’information médicale au service des équipes de psychiatrie

Psychiatrie et santé publique : du sujet au groupe, Le département d’information médicale au service des équipes de psychiatrie

Claude MARESCAUX - médecin responsable
Morgane HECHINGER - géographe de la santé et statisticienne
Fabien JOUBERT - interne en santé publique, DIM, CH Le Vinatier

Année de publication : 2014

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Santé publique

Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014)

La psychiatrie est une discipline médicale qui s’adresse à un individu malade. C’est la relation entre un soignant (médecin ou tout autre professionnel de la psychiatrie) et le sujet souffrant qui est au cœur de la prise en charge. Le sujet est singulier et son histoire est unique.

La santé publique s’intéresse à la santé d’une population. L’individu est caractérisé par son appartenance à un groupe, une population, ayant les mêmes caractéristiques que lui. Le champ d’intervention de la santé publique est multiple : on y traite de « prévention » avec ses modes d’intervention que sont la promotion de la santé et l’éducation à la santé. On y parle de « système de santé » qui fait référence à notre organisation sanitaire, sociale et médico-sociale et à son pilotage. On y parle « d’économie de la santé », qui traite des liens entre l’amélioration de notre santé et les moyens financiers que l’on y consacre. Et puis, on y parle « d’épidémiologie » qui mesure la fréquence d’un phénomène de santé ou d’une pathologie et sa répartition dans le temps et dans l’espace. L’épidémiologie utilise des outils spécifiques comme la statistique et la modélisation. L’épidémiologie a besoin de disposer de « données » pour appliquer ses méthodes. Parfois, ces données ne sont pas disponibles et il est nécessaire de procéder à une enquête « ad hoc ». Ou alors, ces données existent dans le cadre d’un recueil systématique, comme, par exemple, les bases de données médico-économiques des établissements de santé, produites dans le cadre du « programme de médicalisation des systèmes d’information » (PMSI) ou du « recueil d’information médicalisé en psychiatrie (RIMP). Enfin, la santé publique et l’épidémiologie s’intéressent aux « déterminants de la santé » (et de la maladie), c’est-à-dire à tous les facteurs susceptibles d’avoir un effet négatif ou positif sur la santé d’une population. Parmi ces déterminants, on peut citer la précarité sociale (revenus insuffisants pour assurer la vie quotidienne), la qualité du logement, le mode de vie (isolement ou pas), le niveau d’études, les difficultés liées à l’emploi et à l’exercice professionnel, la qualité de l’air, etc. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Psychiatrie de secteur et santé publique : une relation ambivalente

clinique - soin - secteur psychiatrique - histoire

Nicolas HENCKES - Année de publication : 2014

Edito

accompagnement - soin - épidémiologie - trajectoire - déterminants de santé

Christian LAVAL - Année de publication : 2014

Peut-on construire une alliance thérapeutique avec un patient incarcéré ?

contrainte - prison - soin - consentement