Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014) // L’autisme, l’État, la société, Histoire d’un trouble devenu public

L’autisme, l’État, la société, Histoire d’un trouble devenu public

Grégoire BILLONT - pédopsychiatre, Londres

Année de publication : 2014

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Santé publique, Sciences politiques, SCIENCES MEDICALES, Pédopsychiatrie

Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014)

Abordant pour ce numéro la santé mentale du point de vue de la santé publique, l’autisme nous semble un cas révélateur. Une controverse récurrente émeut la presse et le public autour des troubles autistiques, leur définition et leur devenir. Les dernières recommandations de bonnes pratiques publiées par la Haute Autorité de Santé[1] en furent chaque fois l’occasion, ainsi que leur suivi dans le cadre du Plan Autisme.

La question de l’intervention d’une puissance publique régulatrice est souvent abordée dans ces débats. Des associations revendiquent avec vigueur qu’elle prenne en compte les droits fondamentaux des personnes autistes, et régule des pratiques décrites comme inadéquates. Des professionnels s’inquiètent d’une ingérence qui leur semble empiéter dangereusement sur leur domaine d’expertise. La mutation rapide du concept d’autisme infantile depuis sa description par Leo Kanner[2] en 1943 et les transformations du champ de la pédopsychiatrie dans la même période ont ébranlé la profession. L’autisme évoluant en partie en dehors de son champ, elle s’est vue accusée de ne pas s’accorder au consensus international et de tarder à fonder ses pratiques sur des preuves.

Initialement défini comme un problème de santé — un trouble du développement de l’enfant — l’autisme a acquis le statut d’un problème de santé publique. Il est devenu de fait un enjeu des politiques publiques bien au delà du champ de la santé. La prise en compte de cette dimension publique aide à comprendre la genèse de notre conception de l’autisme, et sa place actuelle dans le champ de la santé mentale.

La psychiatrie et l’État

La psychiatrie ne peut pas se targuer d’un pur pedigree médical. On trouve la puissance publique à son berceau. La publication en 1785 de L’instruction sur la manière de gouverner les insensés, et de travailler à leur guérison dans les Asyles qui leur sont destinés, sur ordre du gouvernent, est considérée comme l’acte de naissance d’une prise en charge spécifique de la folie en France. C’est une loi[3] qui initie et encadre la construction des asiles départementaux, donnant l’impulsion au boom asilaire[4] qui culmine en 1969 avec une population de 118000 internés. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La pairémulation dans le champ du handicap : Histoire, pratiques et débats en France

pair-aidance - handicap - savoir expérientiel - autonomie

Eve GARDIEN - Année de publication : 2010

Vieillissement et rétablissement: quelle évolution pour le statut du sujet en institution ?

vieillissement - rétablissement - handicap

Jessica OZENNE - Année de publication : 2019

Droit formel des malades mentaux et risque d’abandon

exclusion - handicap - insertion - isolement