Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°44 – Ambiguïté de l’accompagnement, précarité de la transmission (Juillet 2012) // Accompagner à plusieurs : un processus de co-construction ?

Accompagner à plusieurs : un processus de co-construction ?

Colette PITICI - psychologue clinicienne, St Brenet, V Eustache, M Makeieff, D. Petit, L Peyrache, V Sanfilippo, W Vorreiter

Année de publication : 2012

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, TRAVAIL SOCIAL, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°44 – Ambiguïté de l’accompagnement, précarité de la transmission (Juillet 2012)

En tant que prestataires du RSA[1] il a fallu saisir le type de problématique que présentent les précaires, d’une part, et la manière de travailler ensemble pour eux, d’autre part. C’est cette expérience qui va être évoquée, non comme modèle mais comme illustration de réponses plurielles à l’accompagnement des personnes en situation précaire, en particulier lorsqu’il s’agit de les adresser chez le psychologue.

Le dispositif de suivi psychologique dans le cadre du RSA donne aux bénéficiaires la possibilité de rencontrer le psychologue à hauteur de 9 heures dans leur parcours d’insertion. C’est à la fois très peu et beaucoup.

Très peu car ce type de limitation empêche les personnes de croire à la pérennité du lien ; dès lors qu’elles parviennent à s’amarrer[2], leur imposer une telle contrainte représente une injonction paradoxale : celle de devoir investir un lien réputé instable et fragile, et de consentir à son évanouissement programmé.

Beaucoup, car il faut rendre hommage à l’audace du Conseil Général qui donne aux allocataires l’accès libre à l’examen de leur vie psychique, sans les inviter à un engagement trop impliquant en première intention.

Le travail dont nous témoignons aujourd’hui s’est constitué à partir d’une série de questionnements :

  • l’origine et le sens de la demande en direction d’un soutien psychologique, dans une dynamique de relais,
  • le travail préalable à mener avant la rencontre inaugurale avec le psychologue,
  • La forme d’accompagnement jusqu’à ce professionnel,
  • Les critères que le psychologue doit adjoindre à l’acceptation de la prise en charge,
  • l’authentification de certaines orientations ressenties comme floues, ou par défaut,
  • le dépassement du fantasme et de la culpabilité «d’abandonner » le sujet à des professionnels inconnus ou énigmatiques. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

La sociologie dans le vif de la clinique psychosociale

précarité - clinique psychosociale - accompagnement - pratiques - souffrance - professionnalité - coordination

Christian LAVAL, Guillaume PEGON et Bertrand RAVON - Année de publication : 2012

L’accompagnement social des familles déboutées du droit d’asile en polyvalence de secteur : des effets miroir.

professionalité - accompagnement - migrations - pratiques - famille - épreuve

Cécile ROUCARD - Année de publication : 2019

Prendre soin des personnes exilées (26 novembre 2019)

accompagnement - exil - migrations - soin - accueil - santé - prendre soin