Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°25 – Réinventer l’institution (Décembre 2006) // La logique du plus faible

La logique du plus faible

René ROUSSILLON - Professeur de psychopathologie clinique Lyon 2, Directeur du département de psychologie clinique, Directeur du Groupe Lyonnais de psychanalyse Rhône-Alpes

Année de publication : 2006

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Psychologie, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°25 – Réinventer l’institution (Décembre 2006)

Ce texte voudrait être lu en tenant compte du contexte où se déploient les cliniques au bénéfice de ceux que je qualifie ici du terme conjoncturel de « faible ». L’état de grande précarité rend faible et peut conduire le sujet à adopter une « logique du plus faible ». Reconnaître cette logique et la respecter me paraît le préalable nécessaire à tout changement dans les pratiques, là où se jouent l’empathie et le renoncement à certains idéaux normatifs des aidants et des thérapeutes.

La norme et le principe de réalité

Notre représentation habituelle de la norme du fonctionnement psychique est celle d’une psyché gouvernée par le principe de réalité. Selon celui-ci il faut savoir renoncer au désir du « tout, tout de suite, tout seul, tout ensemble, tout en un », accepter donc d’avoir à faire des choix, l’assumer, tolérer la conflictualité qui accompagne la nécessité d’avoir des choix. Dans cette logique s’il est souhaitable de rentrer dans une logique du renoncement, c’est que de celui-ci est attendu, espéré, un certain nombre de bénéfices, plus importants que ce à quoi il faut renoncer qui n’est, au fond, qu’illusion infantile, c’est une logique de l’espoir.

Ainsi le renoncement au plaisir s’effectue au nom du plaisir, d’un plaisir plus « satisfaisant », plus durable, plus sûr, d’un vrai plaisir là où ce qu’il y a à quitter n’est que fallace, leurre. On ne quitte pas la logique du principe du plaisir, tout au contraire, on rend celui-ci plus réaliste, plus performant, plus mûr, et c’est bien au nom du principe du plaisir qu’il faut quitter les formes infantiles de celui-ci. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Les ressources cachées de l’ennemi intime

clinique - soin - secteur psychiatrique - partenariat - voisinage

Patrick CHALTIEL - Année de publication : 2007

Pour un engagement professionnel et citoyen

traumatisme - clinique - soin - accueil - récit - attente

Claire MESTRE - Année de publication : 2005

Pourquoi un CHRS fait appel à un psychologue ?

clinique - précarité - témoignages - SDF - accompagnement - errance - insertion