Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°18 – Pour-parlers, enfance-psychiatrie (Mars 2005) // La débrouille des familles

La débrouille des familles

Pascale JAMOULLE - Anthropologue, Centre de Santé Mentale du CPAS de Charleroi (Belgique)

Année de publication : 2005

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Anthropologie, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°18 – Pour-parlers, enfance-psychiatrie (Mars 2005)

Quand l’enfant occupe une place qui ne lui revient pas

Adossés aux friches industrielles des anciens quartiers miniers du Hainaut belge, de vastes complexes de logements sociaux rassemblent les populations les plus précarisées. Les familles monoparentales sont prioritaires pour l’octroi des logements. Beaucoup de pères ont disparu du décor ou sont très discrédités. Certains ont été mis à l’écart à cause de leur violence ou de leur intolérance. D’autres habitent encore la maison familiale, mais y sont comme transparents, effacés par l’intensité des rancœurs de leur femme. Elles sont intarissables sur leurs insatisfactions conjugales, « le manque de discuter » et l’immaturité de ces pères qui ne subviennent pas aux besoins affectifs et économiques de leurs enfants et n’ont pas d’autorité sur eux. Ces pères, ils sont ceux dont on ne sait rien sinon la place immense qu’ils prennent, par défaut, en creux, dans les relations familiales. Les femmes -grands-mères, mères, sœurs- semblent les seules à nommer ce qui se passe dans les familles. Les mères doivent être « le père et la mère à la fois » mais, parfois, elles n’y arrivent pas et l’un des enfants occupe dans la famille une place qui ne lui revient pas. Au côté de mères parfois très envahissantes grandissent de « petits hommes de la maison » (ou des adolescentes) qui veulent soumettre leur famille à leur loi. Lorsque des liens trop serrés lient ces jeunes à leur mère, les relations sont violentes. Pris dans « un trop plein » d’amour maternel, ils se sentent impuissants à s’émanciper et leurs colères sont sans limite. Le sentiment d’injustice et de révolte des fratries, qui se vivent comme les laissées pour compte de l’amour parental, crée des états de guerre familiaux. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Maskini Maore : précarisation des migrants à Mayotte, 101ème département Français

traumatisme - précarité - exil - Mayotte

Lionel BURON - Année de publication : 2013

Restaurer un espace privé

précarité - exclusion - récit - aide sociale - psychothérapie

Sidney COHEN - Année de publication : 2003

Paroles d’un médecin de banlieue

précarité - témoignages - médecine générale - politique de la ville