Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°8 – La psychiatrie publique en questions. 1er volet Paroles de psychiatres (Avril 2002) // La « santémentaliâtrie » : nouvelle demande ou chimère démagogique ?

La « santémentaliâtrie » : nouvelle demande ou chimère démagogique ?

Pierre DELION - Praticien Hospitalier, Chef de service secteur Ouest de Psychiatrie Infanto-Juvénile CH Ste Gemmes sur Loire

Année de publication : 2002

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°8 – La psychiatrie publique en questions. 1er volet Paroles de psychiatres (Avril 2002)

La dérive actuelle des concepts qui président à la consistance de la psychiatrie, et partant, des pratiques qui en dépendent, n’est pas un résultat attendu par ses opposants, pire !, c’est la conséquence d’un très préoccupant double discours du Politique et de ses conseillers techniques, de plus en plus éloignés de la réalité de terrain, et notamment des patients vivants (si on peut dire) dans une grande précarité. Or ces derniers ont droit, c’est notre devoir et notre honneur, à bénéficier des avancées de la psychiatrie de secteur qui semble la mieux à même de les aider sur le plan psychopathologique, à condition de le penser en lien partenarial avec tous ceux qui peuvent y apporter quelque chose de spécifique.

Qui, parmi ceux qui ont milité et militent depuis des dizaines d’années à la transformation des conditions d’accueil des malades mentaux, se plaindra de voir émerger la notion de « Santé mentale » comme champ dans lequel s’originent les nouvelles demandes contemporaines ? Personne sans aucun doute, puisqu’il s’agit de l’étape logique résultant de la mise en place d’une prévention concrète pour les populations desservies par le système de santé mental français, dont je rappelle que, jusqu’à plus ample informé, la psychiatrie de secteur est la base légale. Mais là où le bât blesse, c’est à condition que cela soit mis en œuvre avec les moyens qui sont nécessaires à toute innovation sans oublier la base logique-ici la psychiatrie- sur laquelle cette innovation a pris corps. Et que l’on ne me fasse pas pleurer sur l’impossibilité de trouver des moyens de financement pour cette mission, dont l’aspect symbolique a été amplement démontré par Michel Foucault et beaucoup d’autres. D’ailleurs tous les décideurs sanitaires savent dans quelle médiocrité budgétaire se débat l’ensemble des équipes de Santé mentale-Psychiatrie. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Le suicide des personnes sans-abris : une silencieuse tragédie de santé publique?

précarité - exclusion - mort - prévention - suicide - sans-abris

Édouard LEAUNE et Halima ZEROUG-VIAL - Année de publication : 2017

Les violences sexuelles

prévention - famille - violence sexuelle - pédophilie

Mathieu Lacambre  - Année de publication : 2021

Prévention, répression et éducation : le grand écart ?

prévention - participation - éthique - promotion de la santé