Vous êtes ici // Accueil // Publications // Prendre soin des personnes exilées (26 novembre 2019)

Prendre soin des personnes exilées (26 novembre 2019)

Orspere-Samdarra

Année de publication : 2019

Type de ressources : Rapports - Thématique : SANTE MENTALE, TRAVAIL SOCIAL, SCIENCES MEDICALES, Médecine, PUBLIC MIGRANT

Télécharger le PDF

La journée d’étude « prendre soin des personnes exilées » est portée par l’Orspere-Samdarra et co-organisée avec l’Ireps Drôme. Le programme a été élaboré par un comité d’organisation constitué de professionnels des départements de la Drôme et de l’Ardèche.

Cette journée vise à questionner les modalités du « prendre soin » des personnes en situation d’exil en France et dont les parcours sont parsemés d’épreuves, impactant leur santé somatique et psychique. Aux violences subies dans les pays d’origine et lors des parcours migratoires s’ajoutent les difficultés liées aux conditions d’accueil : l’attente, les conditions d’hébergement, les reconfigurations familiales, l’impossibilité ou les difficultés à accéder à l’emploi, mais également les problématiques de langue, d’inclusion, de discrimination et d’isolement social. Les intervenant.e.s témoignent des souffrances exprimées par les personnes exilées et s’alarment de la précarité des conditions d’accueil. Pouvoir accéder au soin revêt alors d’une importance primordiale, pour que ces souffrances puissent être entendues. Les intervenant.e.s en santé (notamment des équipes mobiles psychiatrie précarité ou des permanences d’accès aux soins), mais aussi les intervenant.e.s sociaux.ales et les bénévoles d’associations se mobilisent afin d’accueillir et de soulager leur souffrance psychique et plus globalement de les soutenir dans leurs parcours. Chacun.e participe alors au « prendre soin » des personnes exilées. Il importe, dans le cadre de cette journée, de pouvoir échanger autour des différentes manières d’accompagner, d’écouter, d’intervenir, en fonction des rôles et des aspirations de chacun.e. Et au-delà de la prise en compte de la souffrance, l’attention pour l’autre et l’écoute participent d’un accueil digne favorisant une santé mentale positive. (…)

Publications similaires

Faire ville à Marseille, Françoise GAUNET-ESCARRAS

accompagnement - ville - handicap - coopération - éthique - politique

Mylène FRAPPAS - Année de publication : 2006

L’accompagnement thérapeutique devient-il impossible en psychiatrie ?

management - accompagnement - soin - pratiques - gouvernance - relation

Pierre MORCELLET - Année de publication : 2012

Le traitement clinique de la précarité. Collectifs d’intervention, parcours de vulnérabilité, pratique de care : l’exemple du Carrefour Santé Mentale Précarité du département de l’Ain.

précarité - clinique psychosociale - accompagnement - pratiques - réseau - care - interdépendance