Vous êtes ici // Accueil // Publications // Récits, interprétations et situations, ANR Remilas (5 octobre 2018)

Récits, interprétations et situations, ANR Remilas (5 octobre 2018)

Orspere-Samdarra

Année de publication : 2018

Type de ressources : Rapports - Thématique : SANTE MENTALE, SCIENCES HUMAINES, Linguistique, SCIENCES MEDICALES, PUBLIC MIGRANT

Télécharger le PDF

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du projet REMILAS (Réfugiés, migrants et leurs langues face aux services de santé) financé par l’Agence Nationale de la Recherche, porté par le laboratoire ICAR (ENS Lyon) et en partenariat avec l’Orspere-Samdarra (CH Le Vinatier).

L’objectif de la journée est de s’interroger sur la diversité des types de récit que sont amenés à produire les migrants et les demandeurs d’asile, qu’ils soient saisis comme des « récits administratifs » ou des matériaux cliniques. Nous nous intéresserons aux différents espaces où peuvent s’objectiver, se distribuer et s’administrer des récits. En santé en effet, mettre en récit un évènement potentiellement traumatique peut participer du travail thérapeutique, et cela ne se confond pas forcément avec d’autres récits, notamment administratifs. Qu’est-ce qui différencie ces récits ? Nous interrogerons la manière dont l’actualisation des récits sur des scènes différentes, avec des horizons d’attentes possiblement antagonistes, génère des enchevêtrements plus ou moins heureux de fragments de ces différents récits.

Les migrants sont généralement accompagnés et assistés dans leur récit. Comment les médiateurs ou les interprètes prennent-ils part à ce travail et quelle place occupent-ils sur ces différentes scènes ? De qui, de quoi se font-ils les interlocuteurs ? Comment, par leurs interprétations/traductions, participent-ils de cet enchevêtrement des récits ? Nous nous intéresserons également à ce qui excède ces cadres de saisie (juridique, administratif, médical, thérapeutique …), à ce qui apparaît comme autant de restes, de détails, d’éléments de singularité ou d’humanité qui échappent à ces ordres. Comment leur ménager une place, comment y prêter attention sans les arraisonner à notre tour ?

La matinée sera consacrée à des présentations de chercheurs invités et de l’équipe REMILAS, et fera une place aux échanges. L’après-midi, plusieurs ateliers seront ouverts au public, qui sera amené à regarder des extraits vidéo de consultations en santé et à prêter attention au travail en partie invisible, et auquel la vidéo permet justement d’accéder, des différents participants (soignants, interprètes, migrants, etc.). (…)

Publications similaires

Le New Public Management est-il bon pour la santé ?

professionalité - soin - Nouveau Management Public - qualité - reconnaissance - santé

Philippe CHANIAL - Année de publication : 2009

Santé mentale : l’incertitude comme principe du travail interinsitutionnel

travail - professionalité - pratiques - identité - cooépération

Hélène LIOTARD - Année de publication : 2018

Accompagnement des familles de migrants précaires dans un centre médico-psychologique en pédopsychiatrie : Evolution de nos pratiques autour de nouveaux enjeux.

professionalité - accompagnement - migrations - pratiques - CMP - famille