Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°59 – Les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles (Mars 2016) // La prise en charge des cas complexes par la Protection judiciaire de la jeunesse

La prise en charge des cas complexes par la Protection judiciaire de la jeunesse

Martine SERRA - Directrice départementale de la Protection judiciaire de la jeunesse du Val de Marne, Créteil

Année de publication : 2016

Type de ressources : Rhizome - Thématique : TRAVAIL SOCIAL

Cahiers de Rhizome n°59 – Les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles (Mars 2016)

Rhizome : Il y a-t-il une évolution positive des modes d’articulations entre les services de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) et les dispositifs du champ de la santé mentale ?

Martine Serra : Seize ans après la parution de la circulaire du 3 mai 2002[1] sur les pratiques concernant les adolescents en grande difficulté, l’évolution entre les services de la PJJ et les champs de la santé mentale est positive mais nécessite une bonne articulation entre les différents intervenants au niveau territorial. La création des premières maisons des adolescents (MdA) à l’interface entre les services éducatifs et les services de santé mentale a aidé à formaliser ces liens car il existait beaucoup de projets visant à favoriser l’articulation entre la PJJ et la psychiatrie mais bien souvent ces articulations reposaient sur les liens personnels et des liens de proximité au niveau des services.

Lorsqu’elles remplissent leur rôle, les MdA sont des dispositifs interdisciplinaires et interinstitutionnels à soutenir, qui facilitent l’accès des professionnels et des jeunes de la PJJ aux services de santé mentale, avec l’inter- secteur concerné, ou en cas de crise, pour faire l’interface avec l’hôpital pour une hospitalisation. Elles offrent également des possibilités de consultation

Les services de santé mentale amenés à travailler conjointement avec les services PJJ sont les CMP qui sont principalement en lien avec les psychologues qui travaillent dans les services de milieu ouvert, ainsi que les structures hospitalières. Ces dernières sont sollicitées en cas de crises ou de nécessité d’hospitalisation d’un jeune qui va vraiment très mal, cependant les professionnels de la PJJ y font très rarement appel. Certains services bénéficient parfois de l’intervention d’un psychiatre, ce qui est de plus en plus rare mais facilite l’accès aux soins. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

“Accès direct” ou “indirect” pour les soins psychiques : les enjeux et les risques

accès aux soins - soin - médecin

Olivier QUÉROUIL - Année de publication : 2005

Du crépuscule à l’aube aux urgences psychiatriques

urgence - accès aux soins - écoute

Clara STOLL, Frédéric CAPET et Claire CASALE-MONSIME - Année de publication : 2020

Edito

clinique - accès aux soins - vivre ensemble - politique - hospitalité - droit d'asile