Vous êtes ici // Accueil // Publications // Former des professionnels de santé aux pratiques avec interprète. Revue La santé en action (n°442), p.21-22.

Former des professionnels de santé aux pratiques avec interprète. Revue La santé en action (n°442), p.21-22.

Gwen LE GOFF
Julia MAURY DE FERAUDY
Halima ZEROUG-VIAL

Année de publication : 2017

Type de ressources : Articles scientifiques - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Sociologie, SCIENCES MEDICALES, Médecine

Télécharger le PDF

«Il m’est arrivé de recevoir une personne étiquetée délirante, hallucinée, et en fait, elle était vietnamienne. C’était ça, le problème. En fait, elle ne parlait que le vietnamien., Moi, quand je l’ai reçue, je me suis dit : “cette femme, elle n’est pas malade, elle n’est pas folle.” » La dureté de cet exemple, rapporté par un psychiatre, nous interpelle sur les conséquences de l’incompréhension linguistique lors d’un diagnostic et plus largement dans le soin.

La nécessité de recourir à un interprète professionnel lors des consultations médicales avec des patients allophones était jusqu’alors ressentie par des associations militantes (1) ou des professionnels « engagés ». Elle a été reconnue et inscrite récemment dans le droit français. La loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 promeut ainsi la médiation sanitaire et l’interprétariat linguistique visant à « améliorer l’accès aux droits, à la prévention et aux soins des personnes éloignées des systèmes de prévention et de soins, en prenant en compte leurs spécificités (2). »

Cette même loi a confié à la Haute Autorité de santé (HAS) l’élaboration d’un référentiel de compétences, de formation et de bonnes pratiques sur l’interprétariat en santé (3). Si la version soumise à la consultation publique au début de l’année 2017 mentionne uniquement la formation des interprètes, on peut également s’interroger sur l’importance de sensibiliser les professionnels de santé au travail avec un interprète. Absent de la formation initiale des soignants et considéré comme une activité à la marge de leur pratique, l’interprétariat en santé ne va pourtant pas de soi. À l’appui de ce cadre législatif, l’enjeu est donc de permettre l’élaboration d’un cadre professionnel partagé. (…)

Publications similaires

Entretien avec Anne Lovell

accès aux soins - territoire - ville - psychotraumatisme - care

Anne LOVELL - Année de publication : 2015

Quand le travail en réseau facilite l’accès aux soins

accès aux soins - stigmatisation - ruralité - réseau

Dominique ARNAUD - Année de publication : 2007

Réseaux en santé mentale et précarité pour les demandeurs d’asile (3 juillet 2007)

précarité - accès aux soins - migration - asile - santé - réseau