Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Cahiers de Rhizome n°59 – Les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles (Mars 2016) // Construire un cadre rassurant pour la prise en charge complexe des mineurs isolés étrangers

Construire un cadre rassurant pour la prise en charge complexe des mineurs isolés étrangers

Juliette LECONTE - Psychologue clinicienne à France Terre d’Asile et au foyer de l’enfance Tandou, Paris

Année de publication : 2016

Type de ressources : Rhizome - Thématique : TRAVAIL SOCIAL

Cahiers de Rhizome n°59 – Les adolescents (et ce qu’ils ont de) difficiles (Mars 2016)

Pour la plupart des jeunes mineurs isolés étrangers (MIE) pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE), le travail éducatif se déroule normalement, les projets se mettent en place et aboutissent positivement. Mais, parmi les MIE pris en charge, certains mettent à mal le cadre éducatif et ont du mal à arriver et à vivre la France, à construire un projet scolaire, à se projeter ici. Ceux-là peuvent se montrer dans l’opposition, fuguer et se faire exclure des établissements de l’enfance. Comment penser la situation de ces jeunes ? Comment faire pour qu’ils arrivent à adhérer aux propositions qui existent ? Comment trouver des pistes de solutions avec le jeune concerné et ainsi construire un projet adapté ?

Ceux qui ont les ressources psychiques nécessaires arrivent à se rassurer et à survivre à ce tsunami que représente cette situation d’exil. Et puis il y a ceux qui n’arrivent pas à s’inscrire dans un tel projet pour de multiples raisons. C’est de ceux-là dont nous allons parler.

À partir de mon expérience clinique dans différentes institutions où j’interviens, à l’arrivée des mineurs isolés étrangers en France ou durant la prise en charge ASE, je vous propose de réfléchir à ces prises en charge complexes, qui questionnent, qui font douter et pour lesquelles les réponses ne sont pas aisées. J’aborderai dans un premier temps la problématique bien spécifique des jeunes qui ont connu l’errance. Ils sont affiliés au monde de la rue et cela peut être un obstacle à la réalisation du projet éducatif proposé. Dans un second temps, j’analyserai la situation de ces jeunes qui n’arrivent pas à adhérer à la scolarité. En sachant que la scolarité est une des clefs de la régularisation et, du coup, de la réalisation de leur projet de vie en France ; cela peut mettre à mal toute la prise en charge ASE. Enfin, je questionnerai les situations où des troubles psychiatriques apparaissent et rendent impossible le travail éducatif habituel. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans

souffrance psychique - adolescence - enfance - délinquance

Bernard GOLSE - Année de publication : 2006

Edito

adolescence

Christian LAVAL et Jean FURTOS - Année de publication : 2010

Adolescence et Société : une crise peut en cacher une autre

souffrance psychique - adolescence - suicide - identité - dépression - crise