Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014) // Crise économique et risque suicidaire

Crise économique et risque suicidaire

Michel DEBOUT - professeur émérite de Médecine légale et de droit de la santé, président de l'Association Bien-être et Société et membre de l'Observatoire national du suicide

Année de publication : 2014

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Santé publique, Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°52 – Santé mentale et santé publique : distance et proximité de disciplines connexes (Juin 2014)

Les récents résultats de l’enquête Santé et Itinéraire Professionnel confirment ce lien très fort entre chômage et santé à tous les âges. Les salariés dont l’itinéraire professionnel est marqué par le chômage présentent, à caractéristiques sociodémographiques données, une santé relativement dégradée. Et un homme au chômage a un risque annuel de décès environ trois fois plus élevé qu’un actif occupé du même âge[1].

Nous avons déjà alerté l’opinion et les pouvoirs publics sur cette réalité, et surtout ses conséquences en termes de santé publique et notamment de santé mentale.

Ce ne sont pas que les salariés licenciés qui sont atteints mais aussi les employeurs obligés à déposer leur bilan, les agriculteurs dont l’exploitation périclite, c’est-à-dire un grand nombre de personnes dont la situation financière se dégrade brutalement, ce qu’elles peuvent vivre comme une déchéance personnelle. Les conséquences sur les proches sont particulièrement préoccupantes, avec des ruptures familiales, des enfants négligés…

Chômage, vulnérabilité, et risque suicidaire

Les liens entre la précarité, la vulnérabilité sociale et les risques suicidaires sont connus depuis longtemps, nous l’avons observé pour notre part dès 2009 à travers l’enquête que nous avons réalisée avec Anacom et Macif Prévention[2] (2) : la proportion de personnes en souffrance psychique marquée passe de 9% pour la classe la moins vulnérable socialement à 41% pour la classe sociale la plus vulnérable ; cette proportion monte même à 69% pour l’échantillon de personnes en demande d’aide auprès du Secours Populaire. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

L’atelier numérique au CHRS ALC-Réso à Antibes

précarité - accompagnement - numérique

Jérôme STEFANI - Année de publication : 2016

Le syndrome de Diogène et les situations apparentées d’auto-exclusion sociale et précarité? Cas cliniques

vieillissement - clinique - logement - précarité - exclusion - incurie

Laurence HUGONOT-DIENER, Catherine WONG et Emmanuel DEVOUCHE - Année de publication : 2014

Les sentinelles

précarité - aller vers - accès aux soins - migration - éthique