Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°22 – La médecine générale à corps et à cris (Mars 2006) // Position d’un maire sur la place de la médecine générale dans les villes de banlieue

Position d’un maire sur la place de la médecine générale dans les villes de banlieue

Maurice CHARRIER - Maire de Vaulx-en-Velin depuis décembre 1985, Vice-président du conseil national des villes et du développement social urbain depuis février 2006

Année de publication : 2006

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Sciences politiques, SCIENCES MEDICALES, Médecine, PUBLIC PRECAIRE

Rhizome n°22 – La médecine générale à corps et à cris (Mars 2006)

Etre à l’écoute des gens, des populations est sans doute la capacité qui manque le plus à nos dirigeants actuels qui font et défont des lois sans être au cœur des véritables préoccupations de leurs concitoyens et n’ont pas peur de mettre à mal les acquis obtenus après la Libération en matière de santé.

En tant que maire d’une ville de banlieue dont une grande partie de la population est victime du chômage, de la précarité, des discriminations, et des dysfonctionnements d’une société basée non pas sur la solidarité mais sur la recherche de profits, je m’efforce de rester le plus près possible du terrain, à travers l’organisation de visites de quartiers, d’assemblées d’habitants, de débats, de rencontres avec la population.

Mais être à l’écoute ne suffit pas, il faut aussi pouvoir rendre compte des difficultés auxquelles les gens sont confrontés pour les aider à mettre des mots sur les maux dont ils souffrent.

C’est pourquoi, dans nos villes de banlieue où les carences de l’Etat se font le plus sentir, où les souffrances sont telles qu’elles mettent en péril non seulement des individus, des familles entières, mais aussi des collectifs d’individus, il doit être institué une véritable politique de la ville. Dans ces villes où le taux de chômage est plus élevé que celui de la moyenne nationale, où l’illettrisme prive les populations du moyen de s’informer, d’oser exprimer leurs besoins, parfois leur détresse, il est évident que les souffrances s’installent insidieusement. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Agriculteurs et précarité. Un profil particulier ?

précarité - solidarité - ruralité - agriculture - professionnalité

Denis PERRON - Année de publication : 2007

Edito

précarité - isolement

Jean FURTOS - Année de publication : 2012

Edito

clinique - précarité - exclusion - mort - accompagnement