Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°23 – Danger, dangerosité et peurs : récuser le pouvoir prédictif (Juillet 2006) // Perte de la transmission vive des savoirs : danger

Perte de la transmission vive des savoirs : danger

Evelyne VAYSSE - Psychiatre, EPS de Ville Evrard

Année de publication : 2006

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°23 – Danger, dangerosité et peurs : récuser le pouvoir prédictif (Juillet 2006)

Il y a trente ans les infirmiers psychiatriques expérimentés et en nombre apprenaient aux jeunes internes à repérer les attitudes et les situations dangereuses : des détails inoubliables comme ne pas porter de foulard (autour du cou), ne pas laisser son adresse dans la corbeille, demander une issue de secours dans un nouveau local…Les risques faisaient partie du quotidien dans tout lieu de soin, le savoir faisait partie du métier. Aujourd’hui les conditions de travail ont changées ; les risques sont-ils accrus ? Les réflexes sont-ils conservés ? Notre préoccupation portera sur le CMP, « le pivot du secteur » encore pour quelque temps, avec une allure de dépôt de bilan.

Pour les risques, certes la société est globalement plus violente, les files actives plus importantes, la consommation de toxiques massive, les obligations de soin (pour violence) frappent à nos portes et nombre de patients sont contrôlés dehors pour leur mesure de placement. Il y a du monde au portillon. Mais deux facteurs nouveaux mettent à mal les stratégies habituelles de lutte contre la violence en psychiatrie, ils touchent l’organisation même du travail ; ce sont la baisse des effectifs infirmiers et parallèlement la sollicitude de l’administration.

En CMP, seule structure de proximité à soin gratuit qui attire tant la demande alentours des médecins, des travailleurs sociaux et directement de la population, la réduction du nombre des infirmiers de secteur est un facteur indéniable de vulnérabilité. Comment continuer à assurer les multiples tâches qui leur sont dévolues et qui ont trait à la sécurité ? Accueil et connaissance de tous les consultants, bonne marche de la salle d’attente, surveillance et fonctionnement des locaux, intendance, (sans parler des soins et des suivis proprement dits ! ), quand ils ne sont que trois ou deux ? La raréfaction de l’équipe diminue les regards, les transmissions orales, le repérage des situations à risque et l’énoncé des paroles anticipatrices. Le filet de protection du dispensaire se relâche. Tout travail hors du dispensaire aggrave encore plus la pénurie, VAD et accompagnements sont comptés, reportés, voire impossibles. Les tâches transversales comme les appartements associatifs, les placements familiaux, sont un casse tête du planning. Sortir du dispensaire devient problématique. Et pourtant ça ne serait pas de refus, quelques journées de formation non plus. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

A propos de la délocalisation de l’hôpital de Laragne

hôpital - accès aux soins - ruralité

Dominique FRIARD - Année de publication : 2007

Entretien avec Anne Lovell

accès aux soins - territoire - ville - psychotraumatisme - care

Anne LOVELL - Année de publication : 2015

Nomade jusque dans les soins…une fatalité pour le demandeur d’asile ?

accès aux soins - migration - souffrance psychique - errance