Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°21 – Demandeurs d’asile, un engagement clinique et citoyen (Décembre 2005) // L’accueil des demandeurs d’asile comme épreuve du politique

L’accueil des demandeurs d’asile comme épreuve du politique

Dominique BELKIS - Maître de Conférences à l'Université Jean Monnet (Saint Etienne), Chercheur au CRESAL-CNRS
Spyros FRANGUIADAKIS - Maître de Conférences à l'Université Lumière Lyon 2, Chercheur au CRESAL-CNRS

Année de publication : 2005

Type de ressources : Rhizome - Thématique : SCIENCES HUMAINES, Sociologie, Anthropologie, Sciences politiques, PUBLIC MIGRANT, Demandeurs d'asile

Rhizome n°21 – Demandeurs d’asile, un engagement clinique et citoyen (Décembre 2005)

L’asile met en relation directe un individu touché dans ses droits les plus élémentaires, sa liberté et sa dignité, et la souveraineté d’un Etat dont il n’est pas le citoyen et qui n’entend pas abandonner sa souveraineté nationale.

Partant de la spécificité de la relation qui s’établit entre un Etat souverain et ces exclus de la citoyenneté que sont les demandeurs d’asile, nous nous sommes penchés sur les modalités d’accueil de ces populations car elles nous apparaissent comme symptomatiques de la volonté politique d’établir ou non des relations de solidarité avec d’autres. Cette problématique prend tout son sens si l’on considère que la relation à l’autre est au cœur du débat démocratique. Sous cet angle, interroger ces formes de solidarité conduit à réfléchir sur la qualité de l’espace politique dans lequel nous vivons. C’est pourquoi nous proposons dans cet article un renversement de perspective : considérer la problématique de l’accueil non plus seulement comme un problème social de gestion des flux, mais surtout comme une question éminemment politique.

La demande de protection, telle qu’elle s’exprime à travers la demande d’asile, est à la fois condition de la rencontre et obligation de relation dans un cadre normatif particulier (la procédure juridico-administrative). Nous avons affaire à une figure spécifique de l’étranger : la personne qui demande l’asile est nécessairement un étranger et, surtout, quelqu’un qui sollicite la protection d’un autre Etat que son pays d’origine. Ce qui est exemplaire dans la situation du demandeur d’asile c’est qu’il est le prototype de l’être désaffilié (Castel R., 1990, pp. 152-154 et 1995) c’est-à-dire détaché de ses appartenances, isolé et sans protection, et c’est paradoxalement cette situation qui va produire un espace de relations (Belkis D., Franguiadakis S., Jaillardon E., 2004). (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Le service social de secteur auprès des familles déboutées de leur demande d’asile : des valeurs professionnelles réaffirmées.

accompagnement - asile - famille - professionnalité

Valérie MARTINON - Année de publication : 2017

Contre la dénaturation du droit d’asile

souffrance psychique - asile - psychotraumatisme - récit

Frédérique DROGOUL - Année de publication : 2005

CMP, terre d’asile

accès aux soins - souffrance psychique - asile - enfance - réseau