Vous êtes ici // Accueil // Publications // Rhizome // Rhizome n°12 – La victimologie en excès ? (Juillet 2003) // Après les Etats Généraux de la psychiatrie « Montpellier ce n’est qu’un début, continuons le débat ! »

Après les Etats Généraux de la psychiatrie « Montpellier ce n’est qu’un début, continuons le débat ! »

Alain GOUIFFÈS - Psychiatre, Chef de service, Coordonnateur UMAPPP, Rouen

Année de publication : 2003

Type de ressources : Rhizome - Thématique : Psychiatrie, SCIENCES MEDICALES

Rhizome n°12 – La victimologie en excès ? (Juillet 2003)

22 mesures d’urgence, 12 engagements, 4 motions votés par 2000 professionnels réunis en Etats Généraux à Montpellier du 05 au 07 Juin 2003. Très bien.

Mise en place d’une Confédération française des syndicats de psychiatres avec 8 syndicats et soutien d’une douzaine d’associations psychanalytiques représentant plusieurs courants : connaissant l’état des divisions, c’est le miracle de Montpellier.

Il faudrait donc être vraiment un esprit chagrin pour ne pas souscrire à l’essentiel de ces déclarations !

Et pourtant le débat est loin d’être clos car d’autres sujets doivent aussi être traités et ne pas rester dans l’ombre ou esquivés.

  • Sur les moyens

La France serait encore le premier pays au monde pour le nombre de psychiatres par rapport au nombre d’habitants. Ne l’oublions pas. Cependant dans le public, les différences d’équipement varient aujourd’hui de 1 à 9 et peut-être plus selon les secteurs. Cette situation installée depuis de nombreuses années s’aggrave. Difficile dans ces conditions de soutenir « l’égalité citoyenne dans l’accès aux soins », la « démocratie sanitaire » et « l’usager au centre du système » ! ! ?…La répartition du libéral n’est pas meilleure. Et ceci dans un pays plutôt jacobin, centralisé, avant la décentralisation à venir…

  • Sur l’évaluation

On n’y échappera pas. Elle sera autrement plus redoutable si un jour la Sécurité Sociale est attaquée frontalement par les assurances privées. Trouvons ensemble des modalités de compte-rendu de notre activité et de la dépense de l’argent public. C’est difficile, très difficile, mais souhaitable pour ne pas subir de l’extérieur la lourdeur croissante des tâches administratives, la multiplication d’enquêtes à l’intérêt aléatoire, l’augmentation de la charge du travail non soignant … Nous connaissons aussi les situations qui font problème. (…)

Télécharger l’article en version PDF

Publications similaires

Les femmes migrantes et les dépistages des cancers féminins.

accès aux soins - migrations - prévention - féminin - cancer - représentations

Marie-Pierre POUX - Année de publication : 2017

Nomade jusque dans les soins…une fatalité pour le demandeur d’asile ?

accès aux soins - migrations - souffrance psychique - soin - pratiques - errance

Martine STOCKER - Année de publication : 2013

Soigner et prendre soin en contexte de précarité : une préoccupation de la santé mentale et du travail social à l’échelle des territoires (29 novembre 2007)

précarité - accompagnement - accès aux soins - souffrance psychosociale - prendre soin